in

La FDA autorise désormais l’adoption des animaux de laboratoire

Crédits : Flickr sous CC BY 2.0

La Food and Drug Administration américaine (FDA) autorise désormais la mise en adoption des animaux de laboratoire qui ne font plus l’objet de recherches. C’est une excellente nouvelle pour les défenseurs de la cause animale.

Plusieurs millions d’animaux sont utilisés chaque année dans le monde pour tester des molécules. Au-delà des questions éthiques qu’ils soulèvent, ces tests ont permis de révolutionner la recherche en médecine. Ils ont permis d’étudier les effets de certains médicaments ou vaccins en amont des premiers essais cliniques.

Les chercheurs s’appuient généralement sur des modèles animaux pour comprendre par exemple la vitesse d’absorption d’un traitement ou la vitesse à laquelle ses effets s’amenuisent et disparaissent. Ces tests permettent également d’enregistrer les éventuels effets secondaires toxiques l’organisme. Et encore une fois, ils peuvent évaluer la vitesse à laquelle ces effets disparaissent.

Jusqu’à présent aux États-Unis, une fois les expériences menées et analysées, on euthanasiait les sujets, et ce, même si ces derniers étaient encore en bonne santé. C’est une fin tragique pour tous ces animaux qui auront finalement passé leur vie entière à servir de cobayes. Néanmoins, la situation est en train d’évoluer.

Favoriser le bien-être animal

Récemment, des chercheurs ont en effet développé une méthode permettant de tester des neurotoxines sans avoir besoin d’euthanasier des animaux. Certains scientifiques tentent également d’épargner ces animaux en développant des moyens de les remplacer par des sujets virtuels.

En novembre dernier, la FDA a également pris ses responsabilités en autorisant la mise en adoption d’anciens cobayes de laboratoire. L’agence n’ayant pas tout de suite communiqué sur le sujet, la nouvelle avait été passée sous silence. Elle vient enfin d’officialiser les choses.

Sont concernés les chiens, chats, lapins, cochons d’Inde et certains animaux de ferme. Tous doivent également être encore en bonne santé.

chien laboratoire animaux
Un “labrador de laboratoire” finalement adopté. Crédits : Pixabay

D’autres agences fédérales ont déjà sauté le pas

La FDA rejoint ainsi les National Institutes of Health qui ont adopté une politique similaire en août l’année dernière et le Department of Veteran Affairs qui a mis en place une politique encourageant l’adoption des chiens de recherche il y a deux ans. Plusieurs États proposent également des lois encourageant l’adoption de certains animaux de laboratoire. Cependant, il n’y avait à ce jour aucune exigence nationale.

Il n’y a aucune raison pour que les animaux de recherche réglementés qui conviennent à l’adoption ou à la retraite soient tués par nos agences fédérales“, a déclaré la sénatrice du Maine Susan Collins qui avait présenté l’année dernière une loi sur la protection des animaux contre les tests en laboratoire. “Je suis heureuse que la FDA ait rejoint le NIH et le DVA pour promulguer une politique de retraite des animaux de laboratoire“.

On rappelle également qu’une directive européenne de 2010 autorise “que les animaux utilisés ou destinés à être utilisés dans des procédures soient placés ou relâchés dans un habitat approprié ou un système d’élevage approprié à l’espèce“. Malheureusement, faute de capacité d’accueil, beaucoup ne trouvent pas preneurs. Pour en savoir plus, n’hésite pas à vous renseigner ici.

Articles liés :

Une ONG rachète un zoo breton pour en faire un refuge pour animaux

Les animaux marins pourraient nous aider à étendre la surveillance des océans

Le commerce d’animaux sauvages est beaucoup plus important que ce que l’on imagine