in

Christophe Colomb (1451-1506), premier d’une longue série d’explorateurs vers l’Amérique

Crédits : Wikipedia

Bien que Christophe Colomb ne soit pas le premier Européen à avoir découvert l’Amérique, il est celui qui a montré la voie à de nombreux explorateurs. Son premier voyage est considéré par les historiens occidentaux comme l’événement majeur marquant le passage du Moyen Âge aux temps modernes.

Enfance et jeunesse

Il existe un flou entourant le lieu de naissance de Christophe Colomb, mais il est admis que ce dernier est né en République de Gênes en 1451. Il aurait étudié entre autres la cosmographie, l’astrologie et la géométrie à l’Université de Pavie, dans l’actuelle Lombardie. Christophe Colomb aurait été très tôt influencé par le Livre des merveilles de Marco Polo, qui lui aurait grandement inspiré son projet de trouver une route vers les Indes par la mer. L’ouvrage Imago Mundi du cardinal Pierre d’Ailly lui aurait notamment fait connaître ses idées sur les dimensions réelles de la Terre.

Colomb aurait selon lui débuté en tant que matelot dès l’âge de 10 ans puis œuvré en qualité de corsaire à 21 ans, au service de René d’Anjou. Il entrera ensuite au service des familles génoises de Centurion, Di Negro et de Spinola en tant qu’apprenti marchand. En 1476, il rejoint son frère Bartolomeo Colomb, un cartographe établi à Lisbonne (Portugal).

La Terre est ronde !

Vers 1484, Christophe Colomb commence à réfléchir au projet de traverser l’océan Atlantique afin de rejoindre les Indes orientales. Le navigateur est convaincu que notre planète est ronde, malgré la doctrine de la Terre plate diffusée par l’Église dans son ensemble durant le Moyen-Age. Christophe Colomb pensait qu’il existait d’autres îles à l’ouest de l’Afrique, une théorie entretenue par la découverte des Açores, des îles Canaries ainsi que du Cap-Vert. Par le biais d’un calcul qui ne s’est pas inspiré des estimations du grec Ératosthène, Christophe Colomb est arrivé à la conclusion que l’équateur pouvait mesurer environ 30 000 kilomètres, soit environ 10 000 de moins que la réalité.

Son projet d’exploration vers l’ouest se soldera par un refus du roi du Portugal Jean II, mais qui trouvera finalement grâce aux yeux de la reine Isabelle de Castille (Espagne). Avant d’être validé, le projet du navigateur avait été rejeté plusieurs fois. En effet, Christophe Colomb avait été considéré comme étant un peu trop exigeant, désirant devenir vice-roi des terres découvertes et obtenir un titre de noblesse.

Le premier voyage de Christophe Colomb

Le navigateur effectuera quatre voyages vers l’Amérique, de 1492 à 1493, de 1493 à 1496, de 1498 à 1500 et de 1502 à 1504. Son premier voyage débute le 3 août 1492 avec trois navires, à savoir deux caravelles – la Pinta et la Niña – ainsi qu’une caraque, la Santa María. À bord de ces navires se trouvaient environ 90 hommes. L’expédition accostera le 12 octobre 1492 sur une île que Colomb baptisera San Salvador (actuelles Bahamas). La première rencontre avec les “indiens” est amicale et l’expédition se rendra ensuite sur l’actuelle île de Cuba où l’on suppose la présence de grandes quantités d’or.

Christophe Colomb pense connaître parfaitement sa position sur le continent asiatique et envoie même des hommes à la recherche du Grand Khan de Mongolie ! Par la suite, il se rendra sur Hispaniola (Haïti) alors que la Pinta a disparu. Son capitaine – Martín Alonso Pinzón – serait parti seul à la recherche du Japon. Alors que la Santa Maria est perdue lors d’un accident, l’exploration retourne en Europe.

Les autres voyages

Le second voyage est beaucoup plus ambitieux, mobilisant 17 navires et 1 500 hommes, ainsi que des chevaux et du bétail. Le but est cette fois de fonder une colonie dans l’actuelle Haïti et de retrouver les 39 hommes laissés par Colomb lors du premier voyage. L’ancre est levée le 25 septembre 1493 et 21 jours plus tard, l’île de La Désirade est aperçue. Plus tard, il découvrira Marie-Galante, la Dominique et la Guadeloupe (Basse-Terre). Colomb repartira vers le nord en direction de Haïti et découvrira l’île de Montserrat sur son chemin, ainsi que celles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

Lors de son arrivée à Haïti, les hommes ont disparu mais Colomb fonde tout de même La Navidad, à savoir la première colonie permanente du Nouveau Monde. Après avoir découvert la Jamaïque, il renverra une douzaine de navires en Espagne. C’est également durant ce voyage que les mauvais traitements envers les indiens Arawaks commenceront avec une mise en esclavage pour beaucoup d’entre eux. Colomb retournera en Espagne en 1496 avec 500 de ces Arawaks, dont une partie sera décimée durant la traversée. Il faut également savoir qu’en Espagne, du côté des souverains, on rejette d’idée de mise en place de l’esclavage.

En 1498, Colomb repart avec six navires et désire découvrir d’autres îles. Il touchera terre à Saint-Vincent, Grenade, la Trinité et Margarita. Pour la première fois, le navigateur foulera le continent à proprement dit, au niveau d’une terre qu’il baptisera Venezuela. En retournant à Haïti, Colomb se rend compte que la colonie est en proie à de sérieux problèmes de gestion. Il sera arrêté puis renvoyé en Espagne en 1500.

Finalement libéré, Colomb ne retrouvera jamais vraiment la grâce qui fut la sienne auparavant. En 1502, il se lance dans un dernier voyage d’exploration, tout de même soutenu par les souverains et a dans l’idée de trouver un passage qui le mènera jusqu’aux Indes. En effet jusqu’ici, Colomb était persuadé de se trouver dans l’archipel nippon et pensait que Cuba était une province chinoise. Durant ce dernier périple, il découvrira le Costa Rica et le Panama, puis remontera vers le nord avant d’échouer en Jamaïque. Après avoir survécu un an et avoir été difficilement ravitaillé par quelques fidèles de la colonie d’Haïti, Colomb retourne en Espagne en 1504 où, très malade, il mourra deux ans plus tard.

Les trajets effectués aux Caraïbes lors des voyages de Christophe Colomb, entrepris entre 1492 et 1504
Crédits : Wikipedia

Qu’ont apporté ces voyages ?

Il faut savoir que les expéditions puis l’établissement de la colonie ont été soutenus par les souverains espagnols (et portugais par la suite) principalement à des fins pécuniaires. Les découvertes directes de richesses (or, épices) ont été décevantes et pour satisfaire les exigences, Colomb a eu l’idée d’exploiter directement les terres et les autochtones. Pour Colomb, le système d’esclavage devait se substituer au tribu versé par les indiens. Cependant, la suite a directement conduit au fort déclin démographique des autochtones, principalement en raison des mauvais traitements – mais également des maladies importées.

La grande satisfaction vient surtout du côté de la navigation pure et dure. En effet, le succès de l’entreprise maritime de Colomb serait le fait de l’emploi de techniques nouvelles en matière de navigation. Il est notamment question de l’utilisation de la boussole, du gouvernail d’étambot ainsi que de la caravelle, le tout représentant une belle avancée dans le domaine. Citons également l’élaboration de nouveaux portulans, des cartes maritimes.

Christophe Colomb n’a pas découvert l’Amérique

Si jusqu’à tard, Christophe Colomb a été présenté comme l’homme ayant découvert l’Amérique, ce n’est en réalité pas le cas. En effet, le simple fait que des humains vivaient déjà sur les terres découvertes vient détruire ce mythe. Selon les experts, l’humain a migré en Amérique probablement depuis l’Asie il y a environ 13 000 à 40 000 ans.

Par ailleurs, Colomb n’est même pas le premier Européen à s’être rendu en Amérique. En effet, des fouilles archéologiques ont prouvé que des peuples comme les Vikings avaient déjà connaissance du continent. Le navigateur aura en revanche eu le mérite d’être l’un des premiers d’une longue série d’explorateurs européens ayant navigué vers le continent américain.

Articles liés :

Voici le plus vieux globe représentant le nouveau monde

Et si les Chinois avaient été les premiers à découvrir l’Amérique ?

Admirez cette magnifique carte du monde de 1550 !