in

Voici la première image de la nouvelle “mini-lune” de la Terre !

Crédits : Observatoire Gemini

Des astronomes ont récemment annoncé la découverte d’un objet naturel en orbite autour de la Terre depuis environ trois ans. La première image de cette “mini-lune” vient d’être publiée.

Depuis environ 4,3 milliards d’années notre planète s’appuie sur un seul et unique satellite naturel : la Lune. Néanmoins, cela n’empêche pas certains “intrus” de s’incruster parfois dans cette relation. Le 14 février dernier par exemple, des chercheurs de la Catalina Sky Survey, en Arizona (États-Unis), ont en effet repéré ce qu’on appelle un “objet capturé temporairement” (TCO).

Cet objet, baptisé 2020 CD3, est probablement un astéroïde. Il mesure entre 1,9 et 3,5 m de diamètre (Elon Musk assure que ce n’est pas sa voiture) et semble être piégé par l’attraction gravitationnelle de notre planète depuis environ trois ans.

L’intrusion de cet objet, qui tourne autour de la Terre tous les 47 jours, n’est que temporaire. D’après les chercheurs, il sera en effet probablement éjecté du Terre-Lune dès le mois d’avril prochain.

On rappelle que 2020 CD3 est seulement le deuxième astéroïde connu à être observé en orbite autour de la Terre. En 2016, un petit objet nommé RH120 2006 avait lui aussi été repéré traînant “dans le coin” entre septembre 2006 et juin 2007, avant d’être finalement expulsé.

Une première photo publiée

Suite à sa découverte, des astronomes du monde entier ont alors concentré leurs efforts dans le but d’observer l’objet plus en détail. Malgré la difficulté de la manœuvre (l’objet très petit se déplaçant très rapidement), une première photographie a pu être capturée depuis l’Observatoire Gemini à Hawaï.

L’image ci-dessous a été obtenue le 24 février dernier. Elle nous dévoile un point de lumière minuscule perdu au milieu des traînées d’étoiles situées en arrière-plan.

mini-lune
Crédits : Observatoire Gemini/NSF / AURA / G. Fedorets

Déterminer sa véritable origine

Si son origine semble a priori tout à fait naturelle, Grigori Fedorets, de l’Université Queen’s de Belfast, qui a dirigé les opérations de Gemini, n’exclue pas totalement que CD3 2020 puisse être un débris spatial d’origine humaine. Il traque actuellement encore l’objet avec son équipe pour tenter de déterminer sa vraie nature.

Des observations supplémentaires pour affiner sa position nous aideront à déterminer l’orbite de cet objet mystère et son origine possible“, a-t-il déclaré.

Selon le chercheur, il pourrait également exister encore d’autres objets de ce genre autour de la Terre. Pour les trouver, il compte notamment sur l’observatoire Vera C. Rubin, actuellement en construction au Chili. Cet instrument (qui devrait être pleinement opérationnel à partir de 2022) sera effectivement en mesure de photographier l’ensemble du ciel austral avec une sensibilité lui permettant de fournir des images des plus petits objets du Système solaire.

Source

Articles liés :

Vidéo : test spectaculaire du système d’abandon de la capsule Orion en vue d’un retour sur la Lune

Le Japon veut ramener des échantillons de Phobos, la lune de Mars

Vidéo : les lunes de Jupiter face à la plus grande tempête du système solaire