in

Vidéo : test spectaculaire du système d’abandon de la capsule Orion en vue d’un retour sur la Lune

Crédits : Nasa, Northrop Grumman

Il y a quelques jours, la NASA a effectué le dernier test critique du système d’abandon de la capsule Orion qui permettra aux astronautes américaines d’aller de nouveau sur la Lune.

En cas de pépin, les astronautes de la NASA qui décolleront pour la Lune dans le cadre des futures missions Artemis pourront toujours compter sur le système d’abandon de la capsule. Le Launch Abort System ou LAS, est en effet conçu pour transporter l’équipage en lieu sûr en cas d’urgence lors du lancement ou de l’ascension de la capsule, positionnée au sommet de la fusée Space Launch System (SLS) de l’agence américaine.

Le LAS se compose de deux moteurs principaux à propergol solide. Le premier est un moteur d’abandon qui permet d’éloigner le module d’équipage du lanceur. En juillet dernier, la NASA avait effectué un test de ce système en simulant un problème technique – qui impliquait un risque imminent d’explosion – sur l’une de ses capsules d’essai peu après le décollage. Le moteur d’abandon s’était alors parfaitement déclenché, éloignant finalement le module d’équipage de la fusée.

« S’envoler dans l’espace est l’un des aspects les plus difficiles et les plus dangereux pour se rendre sur la Lune, s’était exprimé Mark Kirasich, responsable du programme Orion au Johnson Space Center de Houston. Ce test imitait certaines des conditions les plus difficiles auxquelles Orion serait confrontée si une urgence se présentait pendant la phase d’ascension. Aujourd’hui, l’équipe a démontré nos capacités d’avortement dans ces conditions difficiles et nous a rapprochés du premier vol Artemis qui transportera des humains vers la Lune ».

Un nouveau test spectaculaire !

Le second moteur – l’ACM – permettra grossièrement d’orienter la capsule Orion en cas d’évacuation des astronautes une fois celle-ci éloignée du lanceur. La mise en situation de ce moteur a eu lieu le 25 février dernier.

Au cours de cet essai, les ingénieurs de l’agence américaine ont fait flamber les réacteurs du module pendant 30 secondes. Huit soupapes à haute pression ont alors dirigé plus de trois tonnes de poussée dans plusieurs directions. De quoi fournir suffisamment de force pour guider la capsule et son équipage vers le site d’atterrissage ou d’amerrissage dédié.

Le programme Artemis

Côté calendrier, la NASA devrait normalement faire un point publiquement le mois prochain. Un “manifeste de mission” récemment mis à jour pour la fusée Space Launch System nous permet néanmoins d’entrevoir le programme à suivre.

Selon un document diffusé au Marshall Space Flight Center de la NASA, l’agence spatiale aurait en effet d’ores et déjà fixé quelques dates de lancement pour ses premières missions.

Ce calendrier, le voici. Bien évidemment, rien n’est gravé dans le marbre :

– Avril 2021 : Artemis I, vol d’essai sans équipage d’Orion
– Janvier 2023 : Artemis II, vol d’Orion avec équipage autour de la Lune
– Août 2024 : Artemis III, alunissage sans équipage
– Octobre 2024 : Artemis IV, alunissage avec équipage
– Septembre 2025 : mission scientifique, lancement d’Europa Clipper
– Juin 2026 : Artemis V, vol avec équipage vers la Lune
– Juin 2027 : mission scientifique, lancement d’Europa Lander
– Août 2028 : Artemis VI, vol en équipage d’Orion vers la Lune
– Février 2029 : Artemis VII, mission cargo vers la Lune

Source

Articles liés :

La NASA commande 6 capsules Orion pour ses futures missions lunaires

Dans la nébuleuse d’Orion, les étoiles se forment par rafales

Depuis trois ans, la Terre a une deuxième lune