in

La NASA commande 6 capsules Orion pour ses futures missions lunaires

Crédits : Lockheed Martin

La NASA réaffirme son engagement auprès de la société aérospatiale Lockheed Martin, avec la commande de six nouvelles capsules Orion. Ce contrat s’inscrit dans le cadre des missions Artemis, qui visent à poser de nouveau le pied sur la Lune en 2024.

La mission Artemis de la NASA se dessine. À l’occasion du 50e anniversaire d’Apollo 11, le vice-président Mike Pence avait déclaré que la construction de la première capsule Orion, signée Lockheed Martin, était d’ores et déjà achevée. Ce vaisseau devrait s’intégrer dans le cadre de la mission d’essai Artemis I sans équipage. Une seconde capsule, actuellement en construction, enverra un premier équipage survoler la Lune en 2022. Les deux parties viennent il y a quelques heures de se mettre d’accord sur la construction de six autres capsules. Trois premières dans le cadre des missions Artemis III, IV et V. Puis trois vaisseaux supplémentaires pour les missions Artémis VI, VII et VIII.

«Ce contrat assure la production d’Orion pour la décennie à venir, démontrant l’engagement de la NASA à établir une présence permanente sur la Lune, à collecter de nouveaux savoirs et à préparer l’envoi d’astronautes sur Mars», a déclaré Jim Bridenstine, administrateur de la NASA. On nous confirme également que c’est bien la capsule de la mission Artemis III, opérationnelle en 2024, qui devrait normalement accompagner la première femme et le prochain homme pour ce retour historique sur la Lune.

La construction de la première capsule Orion est achevée. Crédits: NASA / Radislav Sinyak

Des vaisseaux uniques en leur genre

Chacun de ces vaisseaux, une fois installé sur le nez du futur lanceur lourd de la NASA (SLS), pourra transporter jusqu’à quatre astronautes. Ils ont également été pensés pour être en partie réutilisables – au moins une fois. Certains composants de la seconde capsule par exemple, seront redéployés sur la mission Artemis V. Le module d’équipage Artemis III sera réinstallé sur Artemis VI. Au-delà de ces soucis de recyclage, ces nouveaux vaisseaux spatiaux se présenteront comme de véritables bijoux technologiques, promettant d’assurer l’intégrité physique des futurs explorateurs.

«Orion est un vaisseau spatial dernier cri avec d’importantes capacités, conçu spécialement pour des missions dans l’espace lointain avec des astronautes à bord. Il fait partie intégrante de l’infrastructure des missions Artemis de la NASA et de la future exploration du système solaire», a poursuivi Jim Bridenstine. De son côté, Mark Kirasich, responsable du programme Orion, assure «qu’aucun autre vaisseau spatial dans le monde ne peut maintenir des êtres humains en vie à des centaines de milliers de kilomètres de la Terre. Et ce pendant plusieurs semaines».

Rappelons qu’une fois sur la Lune, les principaux objectifs des astronautes seront de trouver et d’utiliser des ressources in situ dans le but de s’établir durablement sur notre satellite. Il sera également utile de tester de nouvelles technologies avant d’envisager l’envoi d’astronautes sur Mars.

Articles liés :

L’ESA et la NASA vont détourner un astéroïde en 2022

La Lune serait plus vieille qu’on ne le pensait

La NASA invite les écoliers à nommer le rover Mars 2020