in

Pourquoi devrions-nous arrêter de comparer la grippe et le coronavirus ?

Montage iStock / Encelade Media Group

Principalement sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes rappellent le nombre de décès liés à la grippe. Selon eux, le nouveau coronavirus chinois ne justifie pas son actuelle couverture médiatique. Toutefois, cette comparaison n’est pas fortuite et voici pourquoi.

La grippe tue plus que le coronavirus

Le scepticisme autour de l’épidémie actuelle de coronavirus est bien présent. Dans les commentaires présents sous chaque publication médiatique liée à l’épidémie, les personnes mentionnant la grippe ne sont pas rares. Selon ces dernières, cette maladie tue beaucoup plus chaque année en France et dans le monde par rapport au fameux coronavirus 2019-nCoV.

En effet, plus de 10 000 décès sont causés par la grippe saisonnière en France et entre 300 000 et 650 000 dans le monde. Pour l’instant, l’épidémie de coronavirus chinois a causé “seulement” 360 décès (dont 1 hors de Chine) pour environ 17 500 cas confirmés. Or, le fait est que les internautes tirent cette information des experts, médecins et autres responsables de la santé en Occident. L’objectif semble ici de dénoncer une surmédiatisation du coronavirus, synonyme d’exagération du phénomène.

Une comparaison non valable

Certains pensent que cette comparaison n’a pas lieu d’être. C’est par exemple le cas de Cameron Campbell, professeur d’histoire de la démographie et de la mobilité sociale basé à Hong Kong. Comme l’indique Le Point dans un article publié le 3 février 2020, l’intéressé a publié une série de tweets visant à expliquer pourquoi comparer les deux épidémies est “idiot”.

tweet coronavirus
Crédits : Cameron Campbell sur Twitter

Cameron Campbell a rappelé qu’à aucun moment la grippe n’a submergé un quelconque système de santé. Le nouveau coronavirus chinois est en revanche très difficile à prendre en charge. Des situations incroyables ont été observées, surtout dans la province du Hubei et sa capitale Wuhan, foyer de l’épidémie. L’intéressé s’est également questionné sur le fait que de nombreux médecins traitants ayant eu affaire à des patients infectés se soient retrouvés hospitalisés, parfois dans un état très grave. Par ailleurs, comparer les statistiques d’une maladie saisonnière (grippe) et d’une pandémie (coronavirus) n’a aucun sens. Cet élan ne ferait que contribuer à une minimisation du phénomène, alors que les populations ne devraient en aucun cas l’ignorer.

Enfin, il faudrait garder en mémoire les mesures drastiques adoptées récemment en Chine : mise en quarantaine de villes entières, paralysie des transports, contrôles systématiques de la température corporelle, notamment dans les aéroports et certains lieux publics. De toute manière, il est encore trop tôt pour discuter du bilan de cette épidémie. La raison ? Celle-ci n’est tout simplement pas encore terminée.

Articles liés :

Quel est le profil-type des victimes du coronavirus de Wuhan ?

Hong Kong : des marchands profitent de l’épidémie de coronavirus pour vendre des “masques recyclés” !

Quelles sont les villes hors de Chine les plus menacées par le coronavirus ?