in

Découverte d’un nouveau “bébé” planète

Vue d'artiste d'une protoplanète se formant autour d'une jeune étoile. Crédits : NRAO / AUI / NSF / S. Dagnell

Elle n’est que très récente, mais cette planète en formation, repérée à 600 années-lumière de la Terre, est déjà deux à trois fois plus grosse que Jupiter, la géante de notre système. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Nature Astronomy.

Des planètes, on en découvre tous les jours, ou presque. On en dénombre aujourd’hui plus de 4 000 dans notre carnet d’adresses cosmiques. Identifier des embryons de planètes, en revanche, est beaucoup plus rare. Ces données sont pourtant indispensables si nous voulons mieux appréhender les contraintes de formation planétaire. Récemment, une équipe d’astronomes de l’Université Monash, en Australie, a identifié l’un de ces “bébés” planètes, grandissant autour de sa mère – l’étoile HD97048 – à 600 années-lumière de la Terre dans la Constellation du Caméléon (hémisphère sud).

Un bébé déjà gros

Ce “bébé” déjà gros à la naissance – entre deux et trois fois la masse de Jupiter – semble en effet se frayer un chemin à travers le disque de gaz et de poussière entourant de la jeune étoile. L’objet a été repéré au milieu d’une “lacune”. Autrement dit, au centre d’un “trou” creusé dans le disque protoplanétaire. Cette étude est par ailleurs la première à proposer une origine précise de ces lacunes dans ce type de disque.

« L’origine de ces lacunes a fait l’objet de nombreux débats, explique en effet Christophe Pinte, principal auteur de l’étude. Nous avons maintenant la première preuve directe qu’une planète bébé est responsable de la création de l’une de ces lacunes dans le disque de poussière et de gaz qui tourbillonne autour de la jeune étoile ».

planète
Une gigantesque planète en formation. Crédit : ESO / ALMA

Une petite collection de planètes “bébés”

Notons par ailleurs que c’est cette même équipe qui, en juin 2018, avait découvert les preuves de formation de trois planètes naissantes dans le disque protoplanétaire autour de HD 163296, une jeune étoile située à environ 398 années-lumière de la constellation du Sagittaire. Deux de ces planètes seraient aussi massives que Jupiter. L’une est située à environ 83 UA (unités astronomiques) de l’étoile, et l’autre à 137 UA. La troisième planète – deux fois plus massive que Jupiter cette fois – évoluerait à 260 UA de son hôte.

Une gigantesque planète pourrait également être en train de se former à 194 années-lumière de la Terre, autour de la jeune étoile TW Hydrae. Les chercheurs ont en effet repéré il y a quelques mois de la matière en train de s’agglutiner dans le disque protoplanétaire de l’objet. Une possible “graine” qui, à terme, pourrait donner naissance à un monde géant de la taille de Neptune.

Articles liés :

Découverte d’une planète à trois soleils

La NASA prépare sa mission vers Psyché, le cadavre d’une ancienne planète