in

Les 4000 exoplanètes découvertes à ce jour dévoilées dans une animation

Crédits : Matt Russo et Andrew Santaguida / SYSTEM Sounds / YouTube

Une récente animation mise en ligne nous permet de visualiser le positionnement des 4 000 exoplanètes découvertes à ce jour. Et ce n’est que le début.

Plus de 24 ans après 51 Pegasi B, le premier monde extrasolaire découvert et confirmé en 1995, notre carnet d’adresses cosmiques compte aujourd’hui plus de 4 000 exoplanètes, annonçait la NASA le 13 juin dernier. Pour l’occasion, les deux artistes Matt Russo et Andrew Santaguida ont rassemblé toutes les données disponibles pour positionner, dans une courte vidéo, tous ces nouveaux mondes. Les images ci-dessous nous montrent le ciel nocturne à 360 degrés vu de la Terre. Chaque cercle apparaissant représente alors une découverte confirmée d’exoplanète.

Merci Kepler

Concernant le code couleur, notons que les cercles violets représentent une exoplanète découverte grâce à la méthode du transit. Tandis que les cercles roses entourent les mondes localisés grâce à la méthode de la vitesse radiale. Le rythme des découvertes est également illustré. On commence tout d’abord lentement, avec environ 70 exoplanètes découvertes lors de la première décennie. Puis, au fur et à meure, les découvertes s’enchaînent de plus en plus vite. La mise en orbite du télescope Kepler a, comme vous pouvez le voir, grandement facilité les choses.

Notez que le célèbre télescope, désormais à la retraite, a focalisé son attention sur une petite portion du ciel. Et qu’il ne s’est concentré que sur la méthode du transit. C’est pourquoi vous remarquerez une concentration de nouveaux mondes entourés de cercles violets en haut à gauche de l’image à partir de 2010.

Ce n’est que le début

Kepler n’étant plus, c’est désormais TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite), le nouveau chasseur d’exoplanètes de la NASA, qui prend la relève. Placé en orbite en avril dernier, le télescope vise à déceler la présence de nouveaux mondes évoluant autour de 200 000 étoiles proches. À la différence de son prédécesseur, TESS balaye une plus grande portion de ciel nocturne (85 %). Pour l’heure, le télescope a déjà repéré quelques exoplanètes, dont une de taille terrestre repérée il y a quelques semaines à environ 52 années-lumière de la Terre.

Les cibles les plus prometteuses seront ensuite étudiées plus en profondeur par la prochaine génération de télescopes. On pense notamment au télescope géant Magellan, constitué de sept miroirs primaires de 8,4 mètres de diamètre, qui devrait opérer en 2022. Ou encore au James Webb Telescope, le successeur de Hubble, qui devrait être mis en orbite en 2021. Si les exoplanètes sont suffisamment proches, ces deux télescopes seront même en mesure de pouvoir les imager directement. De quoi déterminer leur potentiel de vie.

Source

Articles liés :

Nous pourrions découvrir des exoplanètes grâce aux ondes gravitationnelles

Ils ont photographié deux jeunes exoplanètes en formation

L’océan d’Encelade serait assez « vieux » pour abriter une vie extraterrestre