in

Covid-19 : comment voyager plus sereinement dans les transports en commun ?

Crédits : Eneas De Troya / Wikipedia

Depuis l’apparition du coronavirus, nos déplacements ont changé. Auparavant, on prenait l’itinéraire le plus rapide. Désormais, il est question de choisir le chemin le moins risqué sanitairement parlant. Or, ceci passe notamment par le choix de la place dans les transports en commun et certains autres gestes nécessaires.

Penser à la ventilation

Rappelons qu’être enfermé avec d’autres personnes dans un espace clos augmente les risques d’infection. Ainsi, il est conseillé de privilégier les déplacements à pied, en vélo ou en moto/scooter. Se déplacer en voiture avec des personnes partageant le même foyer est également une meilleure option que les transports en commun. Quoi qu’il en soit, prendre les transports en commun reste un choix par défaut pour de nombreuses personnes.

Qu’il s’agisse du train, du métro, du bus ou encore du tramway, la hantise de la plupart des voyageurs est alors de risquer l’infection. Depuis le déconfinement, le port du masque est obligatoire dans les transports. Toutefois, certains gestes doivent également être adoptés. Comme le rappelle BBC Future dans un article du 7 septembre 2020, les plus pertinents semblent être le respect de la distanciation sociale, mais aussi le fait d’éviter les heures de pointe.

métro Vienne 2
Crédits : PxHere

Pour Nick Tyler de l’University College London (Royaume-Uni), voyager en transports en commun implique de s’intéresser à leur système de ventilation. À l’extérieur, les gouttelettes se dissipent dans l’air et le vent. En revanche, à l’intérieur, il y a beaucoup moins de mouvement. Une des meilleures options est donc de choisir un moyen de transport facile à aérer, notamment grâce à l’ouverture de fenêtres.

D’autres précautions nécessaires dans ces transports

Un déplacement nécessite également de prendre en compte le nombre de personnes. Les conversations peuvent se faire bruyantes, incitant les individus à pousser leur voix, ce qui est susceptible de générer davantage de projections. Autrement dit, un wagon de train ou de métro plus silencieux comporte moins de risques. Néanmoins, le plus important reste la distance à adopter et la nécessité de ne pas s’asseoir à côté d’un inconnu. En effet, une étude chinoise récente sur la transmission du virus dans un bus le déconseille.

Enfin, voyager debout comporte certains risques en lien avec les barres pour se tenir. En effet, le virus peut se trouver sur ces surfaces qu’il faudrait donc éviter de toucher. Par ailleurs, il est plutôt déconseillé de rester à proximité des portes. Bien qu’il s’agisse d’un endroit faisant partie des mieux ventilés, les portes sont également très prisées, et donc risquées.