in

Une expérience menée sur des hamsters prouve l’efficacité des masques face au Covid-19

Crédits : Istock

Des chercheurs hongkongais ont récemment mené des tests sur des hamsters. L’objectif ? Prouver que les masques de protection sont efficaces contre la propagation du Covid-19 au sein de la population. Cette étude fait partie des premières à tenter de comprendre si les masques peuvent ou non empêcher les porteurs symptomatiques ou asymptomatiques d’infecter les autres.

Le port du masque en débat

Il y a peu, au Royaume-Uni, le port du masque était au cœur d’une polémique. Un rapport de la Royal Society jugeait bénéfique le port du masque par l’ensemble de la population. Selon les auteurs de la publication, l’utilisation du masque pourrait réduire la transmission par les porteurs asymptomatiques et pré-symptomatiques. Pour les détracteurs, généraliser le port du masque pourrait avoir des effets négatifs sur le comportement des gens. Le risque serait lié à un laxisme au niveau des gestes barrières (distanciation, hygiène).

Par ailleurs, il existe un débat concernant le type de masque porté. Rappelons au passage la polémique liée aux propos du pneumologue Bertrand Dautzenberg à la mi-avril. S’il est évidemment préférable de porter un masque FFP2 ou un masque chirurgical, les masques artisanaux grand public peuvent également – à un degré moindre – réduire la dispersion des gouttelettes contaminées.

Une étude sur des hamsters

Comme l’explique le quotidien hongkongais South China Morning Post ce 17 mai 2020, une étude vient de prouver l’efficacité des masques chirurgicaux. Yuen Kwok-yung et son équipe de l’Université de Hong Kong ont mené une expérience sur une cinquantaine de hamsters. Après avoir installé les cages dans un environnement isolé, les chercheurs ont placé les cages contenant un hamster infecté à proximité de celles contenant trois hamsters sains. Les meneurs de l’étude ont également placé un ventilateur afin d’assurer la transmission du Covid-19. Or dans un premier temps, le taux d’infection était de 66,7 %.

masque pollution
Pour les meneurs de l’étude, l’efficacité des masques n’est plus à prouver.
Crédits : Piqsels

Ensuite, la même expérience a été reproduite avec une barrière faite en masque chirurgical entre chaque cage. Résultat, le taux d’infection est tombé à 15 % si les barrières se situaient sur les cages des animaux infectés. Ce même taux était de 35 % si les barrières étaient placées sur les cages des hamsters sains.

Pour Yuen Kwok-yung, l’efficacité des masques chirurgicaux n’est désormais plus à prouver. Par ailleurs, l’optimisation de leur efficacité est effective si les personnes contaminées les portent. Or, parmi les infectés se trouvent les personnes asymptomatiques, celles-ci posant justement des problèmes au niveau de leur détection.