in

Découverte de la troisième exoplanète la plus proche de notre système solaire

Crédits : Mark A. Garlick, university of Warwick

Une équipe d’astronomes annonce la découverte d’une exoplanète trois fois plus massive que la Terre, à seulement 8 années-lumière de nous. Il s’agit de la troisième planète la plus proche de notre système solaire. Les détails de l’étude seront publiés dans la revue Astronomy & Astrophysics.

On dénombre aujourd’hui 3 989 exoplanètes connues. Sur ce total, 214 ont une masse inférieure à 8 masses terrestres. Elles sont ainsi probablement telluriques, et susceptibles d’être enrobées d’une atmosphère. C’est là que se joue le futur de l’astrophysique : caractériser ces atmosphères extraterrestres dans le but de comprendre leurs points communs et différences avec les planètes de notre système. Mais observer ces atmosphères lointaines n’est pas une mince affaire. Pour mettre toutes les chances de notre côté, il est impératif de mettre le doigt sur des mondes suffisamment proches. D’où l’intérêt de cette nouvelle annonce.

Une cible potentielle

Une équipe internationale d’astronomes détaille en effet la découverte d’une exoplanète, GI411b, à seulement 8 années-lumière de la Terre. C’est, après Proxima b à 4,14 années-lumière et GI699b à 6 années-lumière, la troisième exoplanète la plus proche de notre système solaire. Découverte grâce au spectrographe SOPHIE, installé sur le télescope de l’Observatoire de Haute-Provence, GI411b évolue autour d’une étoile naine rouge, en pleine constellation de la Grande Ourse.

« Sa proximité et sa luminosité en font une cible idéale pour les futurs télescopes géants comme l’ELT européen, qui devraient nous permettre d’analyser son atmosphère », se réjouit Rodrigo Diaz, de l’Université de Buenos Aires (Argentine) et principal auteur de l’étude.

exoplanète
Le télescope de l’Observatoire de Haute-Provence (04), sur lequel est monté le spectrographe SOPHIE qui a permis la découverte de l’exoplanète Gl411b. Crédits : CNRS/OHP

Davantage de points communs avec Vénus

Nous ne savons pour l’heure pas grand-chose de cette planète. Seulement qu’elle est environ trois fois plus grosse que la nôtre, et qu’elle fait le tour de son étoile en 13 jours seulement. Partant de ce principe, les chercheurs ont néanmoins pu déduire la distance qui la sépare de son étoile : 0,08 UA (une UA équivaut à la distance entre la Terre et le Soleil). Pour vous donner une idée plus précise, GI411b est cinq fois plus proche de son étoile que Mercure ne l’est de notre Soleil. Ce qui pose évidemment problème concernant le potentiel de vie extraterrestre.

Car, malgré le fait que l’étoile est bien plus froide que le Soleil (3 300 °C, contre 5 500 °C pour notre étoile), sa planète, collée serrée, reçoit environ 3,5 fois plus d’énergie que la Terre. C’est beaucoup trop. Du moins pour envisager la présence d’eau liquide à sa surface. Ce monde aurait en revanche davantage de points communs avec Vénus, et ses températures de surface de plus 400 degrés Celsius.

Source

Articles liés :

Il pourrait y avoir de la vie sur cette exoplanète proche, finalement

Découverte d’une exoplanète pouvant contenir de l’eau liquide

Une exoplanète filmée autour d’une étoile à 63 années-lumière

Découverte de la troisième exoplanète la plus proche de notre système solaire
noté 4 - 2 votes