in

Stephen Hawking ne croyait pas en Dieu

Crédits : Flickr / Lwp K.

Dans son livre posthume Brèves réponses à de grandes questions, publié le 16 octobre dernier, le physicien aborde la question ultime : Dieu existe-t-il ? Sa réponse est non. ” Je pense que l’univers a été créé spontanément à partir de rien, conformément aux lois de la science », écrit-il.

Stephen Hawking avait une affinité particulière – comme beaucoup de physiciens – pour la théorie du Big Bang : l’idée selon laquelle toute la matière, l’énergie, l’espace (et donc le temps), auraient émergé il y a près de 14 milliards d’années. L’Univers aurait ensuite évolué en respectant des lois naturelles immuables. Ainsi la gravité, la relativité ou encore la physique quantique, entre autres, expliqueraient tout ce qui s’est passé, ce qui se passe et ce qui se passera dans l’Univers. Mais si celui-ci évolue ainsi de manière autonome en suivant une série de lois naturelles fixes, ne pourrait-on pas se demander si une origine divine aurait dans ce cas pu définir des conditions initiales afin que l’Univers puisse ensuite évoluer selon ces règles établies ?

« Est-ce que Dieu a créé les lois quantiques qui ont permis au Big Bang de se produire ? demanda un jour le chercheur. Je n’ai aucun désir d’offenser la foi de qui que ce soit, mais je pense que la science a une explication plus convaincante ».

Le physicien se réfère ici à la mécanique quantique, cette science étrange et fascinante qui explique le comportement des particules subatomiques. Dans ce monde de l’infiniment petit, il n’est pas rare que des particules subatomiques telles que des protons et des électrons apparaissent de nulle part, puis disparaissent pour apparaître ailleurs. Si l’on part du principe que l’Univers « est né » d’une singularité de la taille d’une particule, alors il est probable que celle-ci se soit comporté de la même manière pendant le Big Bang, pensait Hawking. Pour ce qui est du terme « naître », le Big Bang ne semble pas être le début, mais plutôt la ligne d’horizon au-delà de laquelle on ne voit plus rien. « L’Univers lui-même, dans toute son étendue et sa complexité époustouflantes, aurait simplement pu surgir sans pour autant enfreindre les lois connues de la nature ».

Mais une origine divine – entendez par là quelque chose qui nous échappe – aurait-elle alors pu être à l’initiative de cette singularité ? Stephen Hawking pensait encore une fois que non. Il prend ici exemple sur la physique des trous noirs. Ceux-ci, comme l’Univers avant le Big Bang, se condensent en une singularité. En d’autres termes, au fond d’un trou noir se trouve un point de singularité où le temps n’existe plus. Ainsi, à la question de savoir ce qu’il s’est passé avant le Big Bang, Hawking répondait : il n’y avait pas de temps avant le Big Bang. « Nous avons finalement trouvé quelque chose qui n’a pas de cause, parce qu’il n’y avait pas de temps pour une cause, écrivait-il. Pour moi, cela signifie qu’il n’y a aucune possibilité d’un créateur, car il n’y a pas de temps pour qu’un créateur ait existé ».

Source

Articles liés : 

Des « surhumains » pourraient bientôt dominer la planète avertissait Stephen Hawking

La voix de Stephen Hawking sera envoyée vers un trou noir

La théorie finale de Stephen Hawking sur notre univers vient d’être publiée

Stephen Hawking ne croyait pas en Dieu
noté 3.8 - 21 votes