in

L’ayahuasca, cette plante psychotrope qui pourrait soulager les dépressions sévères

Crédits : Wikimedia Commons

Cette plante prise sous la forme d’un breuvage est une drogue hallucinogène consommée traditionnellement par des tribus amazoniennes. Une nouvelle étude suggère que ce végétal peut aider à soigner des patients atteints de dépression aiguë.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), près de 300 millions de personnes dans le monde sont touchées par la dépression, considérée comme un trouble mental commun. Dans 30 % des cas, les traitements à base d’antidépresseurs ne changent rien à l’affaire et n’annihilent pas l’angoisse, la fatigue, la faible estime de soi-même voire les envies de suicides.

Une étude parue le 15 juin 2018 dans la revue Psychological Medicine et menée à l’Université fédérale de Rio Grande do Norte (Brésil) a été la première à mener un essai clinique aléatoire contrôlé par placebo portant sur l’ayahuasca, un breuvage psychotrope à base de plantes que l’on trouve en Amazonie. Selon les chercheurs, l’ayahuasca peut avoir un effet positif sur les formes de dépression qui résistent aux traitements classiques.

L’ayahuasca est composé de lianes Banisteriopsis caapi et de feuilles issues de l’arbuste Psychotria viridis qui contiennent la molécule psychoactive diméthyltryptamine (DMT). Issu d’une pratique avant tout religieuse, de nombreux adeptes estiment être en paix avec eux-mêmes grâce à ce breuvage, et le Brésil a autorisé son usage en 1987.

Dans le cadre de l’étude menée à l’Université fédérale de Rio Grande do Norte, 29 patients ont été sélectionnés. Ceux-ci étaient atteints de dépression et ne parvenaient pas à être soignés grâce aux traitements à base d’antidépresseurs. Les volontaires ont participé à un test au cours duquel chacun recevait un breuvage d’ayahuasca ou un placebo élaboré pour reproduire deux effets secondaires connus de l’ayahuasca, à savoir la nausée et les vomissements.

Les effets du breuvage durant environ quatre heures entre vomissements et hallucinations, les chercheurs ont eu le temps d’observer la réaction des volontaires à l’écoute de playlists musicales composées d’instrumentaux et de chansons en portugais. Deux membres de l’équipe avaient pour mission de surveiller et éventuellement d’aider les volontaires angoissés lors de cette expérience intense et riche en émotions.

Les chercheurs ont affirmé qu’une journée plus tard, la moitié des patients se sentaient mieux, bénéficiant d’une diminution de l’anxiété et d’une amélioration de l’humeur. 64 % des patients ayant consommé de l’ayahuasca avaient toujours l’impression de se sentir mieux au bout d’une semaine, tout comme 27 % de ceux ayant pris le placebo.

Bien que cette étude rejoigne d’autres recherches menées en 2015, il s’agit tout de même de ne pas considérer l’ayahuasca comme un remède avant de voir arriver d’autres tests plus poussés. En effet, l’absence de groupe témoin à part et sous placebo permet d’avoir encore quelques réserves sur les bienfaits de l’ayahuasca sur la dépression.

Sources : MashableDoctissimo

Articles liés :

L’Uruguay légalise le cannabis à moins d’un euro le gramme pour lutter contre le trafic de drogue

Un implant d’un nouveau genre pour lutter contre l’addiction aux drogues dures

Lipides, la « drogue dure » dont nous sommes tous dépendants

L’ayahuasca, cette plante psychotrope qui pourrait soulager les dépressions sévères
noté 4 - 3 vote[s]