in

Le calvaire des personnes de grande taille dans l’avion

Crédits : Pixabay

Avis aux voyageurs de taille « normale », remerciez la nature de ne pas vous avoir fait trop grand ! En effet, il s’agit d’un sujet assez peu évoqué : les grandes personnes prenant l’avion vivent très souvent de mauvaises expériences.

À moins d’être en première ou business class, les voyages en avion sont assez peu confortables. L’espace entre les sièges est très souvent peu conséquent. Qu’en est-il lorsque l’on mesure plus de deux mètres ? Le Washington Post a récemment décrit le calvaire vécu par les personnes de grande taille qui voyagent en avion.

Le quotidien américain commence par évoquer le fait que depuis la déréglementation du transport aérien dans les années 1960, l’espace disponible entre les sièges n’a cessé de se réduire. Les chiffres parlent d’ailleurs d’eux-mêmes : si à l’époque, cet espace était de 89 cm environ, celui-ci est désormais plus proche de 78 cm. Une dizaine de centimètres, ce n’est finalement pas grand-chose, mais lorsque l’on a de grandes jambes, ce n’est plus pareil.

Évidemment, certaines personnes de grande taille éviteront de prendre l’avion, mais sans ce mode de transport, les voyages sont plutôt limités au niveau des destinations sans y passer dix fois plus de temps ! D’autres préféreront payer leur billet en première classe pour avoir plus d’espace, mais ce genre de ticket est loin d’être accessible à toutes les bourses. Une autre solution consiste à réserver un siège près des issues de secours où l’espace est un peu plus important, mais de plus en plus, ce genre de places est considéré comme « premium » par les compagnies aériennes.

Le journaliste du Washington Post évoque alors les « grands » qui prennent l’avion, n’ayant pas d’autre choix que de plier leurs longues jambes, quitte à ce que ces dernières soient « écrasées par le plateau-repas » ou encore que leurs genoux finissent « meurtris de bleus » après l’atterrissage.

L’auteur explique également que la loi fédérale aux États-Unis ne considère pas le fait d’être grand comme un handicap. Ainsi, les compagnies aériennes ne sont aucunement tenues de considérer ce genre de personnes et de proposer des sièges adaptés en conséquence.

Sources : Washington PostSlate