in ,

La « digisexualité » deviendra-t-elle une orientation sexuelle comme une autre ?

Crédits : iStock

Si les adeptes de sexualité alimentée par la réalité virtuelle et/ou la robotique n’étaient pas nombreux il y a quelque temps, cette tendance explose et le nombre d’amateurs augmente de façon assez spectaculaire. Au même titre que l’hétérosexualité ou l’homosexualité, la digisexualité pourrait trouver sa place.

La digisexualité, ou sexe digital, caractérisant une sexualité virtuelle plus que réelle et intégrant la technologie, a fait son apparition il y a une poignée d’années avec certains objets connectés et autres sex-toys révolutionnaires. Désormais, il est question de réalité virtuelle et de robotique, un véritable tournant concernant cette tendance afin de convaincre de plus en plus de monde.

Ce nouveau terme de « digisexualité » est issu d’un consensus entre psychologues et autres sociologues pour qualifier ce phénomène en expansion, disons-le, fortement boosté par la pornographie. Si le sexe virtuel remonte au temps du téléphone rose puis des premières webcams sur Internet, nous sommes arrivés dans l’ère où l’on parle de pornographie en réalité virtuelle et de sexualité avec des robots. En effet, la VR promet de plus en plus de liberté et d’interactivité, alors qu’un aperçu du potentiel de la robotique peut être visible dans la série Westworld, bien qu’un tel niveau d’autonomie reste pour l’instant cantonné au niveau de la Science-Fiction.

Quoi qu’il en soit, la digisexualité fait son bonhomme de chemin et les amateurs sont de plus en plus séduits par les nouveaux contenus et supports, tout autant d’innovations faisant basculer certains dans la fuite du sexe réel, impliquant des relations trop compliquées, où la liberté d’action et de pensée leur semble réduite. Cela a été mis en exergue dans une publication dans la revue Sexual and Relationship Therapy du 17 novembre 2017 par Neil MacArthur et Marki L.C. Twist du Centre d’éthique professionnelle et appliquée de l’Université du Manitoba (Canada).

Les chercheurs estiment que la technologie sera progressivement mise au centre de la sexualité par de nombreuses personnes, un phénomène favorisé par le développement et la démocratisation des outils dédiés. Ainsi, il serait plus facile pour certains de s’éprendre d’un robot qui correspondra mieux à leurs fantasmes, à leurs désirs, mais surtout, qui leur offrira une extrême simplicité dans la relation, une simplicité assez souvent absente dans les relations d’humain à humain.

Des interrogations existent au niveau de l’impact de la digisexualité sur la société maintenant que de nombreuses personnes s’y intéressent, mais le phénomène est encore trop récent pour tirer des conclusions. Néanmoins, cette tendance est bien partie pour s’installer durablement !

Sources : ClubicFredZone