in

Lunes de Jupiter : un radar capable de sonder jusqu’à 9 kilomètres de profondeur

La lune Callisto / Crédits : NASA/NSSDC Photo Gallery

Les lunes de Jupiter focalisent aujourd’hui l’attention des chercheurs de l’ESA (Agence spatiale européenne). Parmi ses nombreux instruments, la sonde Juice, qui décollera en 2022, sera équipée d’un radar inédit permettant de sonder jusqu’à neuf kilomètres sous les surfaces d’Europe, Ganymède et Callisto.

En septembre dernier, Cassini nous quittait en plongeant dans l’atmosphère de Saturne et en prenant soin d’éviter de contaminer ses deux lunes les plus prometteuses que sont Encelade et Titan. Les regards se tournent aujourd’hui sur Jupiter, et plus particulièrement sur trois de ses lunes : Europe, Ganymède et Callisto, susceptibles d’abriter la vie. Pour explorer ces mondes, plusieurs missions sont imaginées. L’ESA développe notamment sa mission baptisée « Juice ». L’agence prévoit en effet d’envoyer une sonde qui doit aller étudier Callisto et Europe avant de terminer sa mission autour de Ganymède. Son lancement est prévu en 2022 et la sonde devrait atteindre Jupiter en 2030.

L’antenne radar Rime, de la sonde Juice, sera par ailleurs le premier instrument à observer la surface et le sous-sol d’Europe, Ganymède et Callisto. Comme l’explique Didier Radola, chef du projet Juice pour Airbus, au site Futura Sciences, l’un des objets de la mission sera de « déterminer s’il existe sous ces croûtes de glace des océans liquides susceptibles d’abriter des composants organiques, voire de la vie ». Pour ce faire, la sonde embarquera un radar « capable d’effectuer des mesures directes du sous-sol […] jusqu’à neuf kilomètres de profondeur ».

Il y a quelques jours, le radar Rime était testé avec succès au cours d’une campagne d’essais de deux jours réalisée sur un terrain d’aviation situé à trente kilomètres au nord-ouest du site d’Airbus de Friedrichshafen, en Allemagne. Ces essais auront notamment « permis de vérifier les résultats des simulations informatiques et de mesurer la performance radio de l’antenne dans les mêmes conditions que si celle-ci était installée sur la sonde », peut-on lire.

Rappelons que de son côté, la NASA se concentrera sur Europe. Le lancement de la sonde Europa Clipper est quant à lui prévu pour 2020. Grâce aux ondes magnétiques d’Europe, les chercheurs sont en effet en mesure de supposer que sous la gigantesque couche de glace qui le recouvre, il y a un océan d’eau salée et liquide. Europe serait donc l’endroit le plus probable où la vie pourrait se former. Les quantités d’hydrogène et d’oxygène seraient comparables en proportion à celles de la Terre et la chaleur également présente est l’ingrédient de plus pour favoriser de nouvelles formes de vie.

Source