in

Un petit astéroïde passera (vraiment) très près de la Terre en octobre !

Crédits : HO / EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY / AFP

Selon l’Agence Spatiale Européenne, un astéroïde de la taille d’une maison frôlera notre planète dans deux mois. Cependant, l’agence indique fermement que ce « caillou » ne représente aucun danger.

« Nous sommes certains qu’il n’y a pas de risque que cet objet touche la Terre, donc il n’y a pas de danger d’aucune sorte », a indiqué Detlef Koschny, codirecteur de la branche Objets géocroiseurs de l’Agence Spatiale Européenne (ESA), à l’AFP.

Le fameux astéroïde dénommé « 2012 TC4 » n’est pas plus grand qu’une grosse maison et frôlera notre planète à une distance de 44 000 kilomètres le 12 octobre 2017. Il faut savoir que sa vitesse était de quatorze kilomètres par seconde au moment où la NASA en a fait l’observation et que sa taille, évaluée entre quinze et trente mètres, est relative à un « petit objet ». L’objet en question est d’une taille comparable au météore de Tcheliabinsk qui s’est désintégré de manière incroyable dans le ciel de cette ville russe le 15 février 2013, causant environ 1300 blessés.

Il faut savoir que même si l’astéroïde présentait le risque de heurter la Terre, il n’y aurait pas eu besoin de prévenir la population en ce qui concerne une évacuation d’urgence. Detlef Koschny a indiqué que la seule préconisation qui aurait été communiquée à la population aurait été relative au fait de se tenir à bonne distance des vitres et de les ouvrir afin d’éviter le bris causé par l’onde de choc.

La distance de 44 000 kilomètres peut paraître énorme, mais à l’échelle astronomique, il s’agit d’une très courte distance : « il va passer sacrément près (…) les satellites les plus éloignés sont à 36 000 kilomètres de la Terre », note Rolf Densing qui est à la tête du Centre des Opérations Spatiales de Darmstadt, en Allemagne. Il est possible de se rendre compte que l’astéroïde 2012 TC4 manquera la Terre de peu !

Découvert en 2012, d’où son nom, l’objet a ensuite été perdu de vue durant cinq années et les astronomes n’avaient pas vraiment de certitudes concernant la distance à laquelle celui-ci allait passer près de notre planète. Après sa récente observation par le Very large Telescope de l’Observatoire européen austral (ESO) situé au Chili, il n’y a plus aucun doute.

L’homme avait annoncé par le passé que la Terre n’était pas prête à faire face à une réelle menace, mais pour celle-ci, il sait qu’il n’y a pas de quoi avoir du mal à fermer l’œil même si « cela vous fait vous demander ce qu’il se passera la prochaine fois. Je me serais senti plus à l’aise avec… un temps de préalerte plus long. »

Sources : France Info20 Minutes