in

Les voitures électriques bientôt moins chères à produire que les thermiques

Crédits : IsmaelMarder/pixabay

D’après une étude, les voitures électriques seront moins chères à construire que les véhicules à combustibles fossiles dans toute l’Europe d’ici cinq à six ans. Ces véhicules pourraient également représenter 100% des nouvelles ventes du parc automobile d’ici 2035.

Les voitures électriques gagnent du terrain

Qu’on le veuille ou non, une page se tourne : celle des véhicules à essence ou diesel. Ces moteurs à combustion qui ont révolutionné notre société ne s’intègrent en effet plus dans les équations écologiques. Jugés trop polluants, ces véhicules s’effacent peu à peu pour laisser place aux moteurs électriques qui, on le sait désormais, émettent moins de CO2, et ce, même si leur production implique toujours des combustibles fossiles.

De nombreux pays ont  déjà fixé leurs limites. En France, par exemple, les ventes de voitures diesel et essence seront interdites dès 2040. La Norvège a quant à elle fixé la barre beaucoup plus bas, en 2025. La transition y est d’ailleurs déjà toute faite. Ce pays est en effet devenu en 2020 le premier au monde à vendre plus de véhicules électriques que de moteurs à essence, hybrides et diesel réunis.

Les constructeurs de véhicules électriques doivent toutefois encore en convaincre beaucoup. Si les derniers modèles proposent une autonomie satisfaisante de quelques centaines de kilomètres, le temps de charge, notamment, reste un problème. Toutefois, là encore, l’industrie est en progrès.

La société israélienne StoreDot, par exemple, annonçait il y a quelques mois avoir développé de nouvelles batteries capables de supporter 96 km de trajet pour une charge d’une minute. En cinq minutes de charge, nous pourrions alors conduire notre véhicule électrique sur près de 500 km.

voiture electrique
Crédits : Geograph.ie

Des coûts de production bientôt moins cher

Autre frein évoqué par de nombreux automobilistes : le prix des véhicules. Néanmoins, là encore, la situation devrait rapidement évoluer. Si l’on en croit un nouveau rapport signé de Bloomberg New Energy Finance (BNEF), les véhicules et utilitaires électriques coûteront en effet moins cher à construire que les thermiques à partir de 2025, 2026 ou 2027 selon les catégories.

Les berlines et les SUV électriques seront aussi peu coûteux à produire que les véhicules à essence à partir de 2026 et les petites voitures suivront en 2027“, précise l’ONG Transport et Environnement qui a commandé l’étude.

La diminution des coûts de production anticipée s’expliquera par “la baisse du coût des batteries“, ainsi que par “la mise en place de chaînes de production dédiées aux véhicules électriques“, selon l’étude. En conséquence, cette baisse des coûts de production aura un impact sur le prix de vente de ces véhicules qui deviendront “moins chers à l’achat, en moyenne, même avant subventions“.

Toujours selon ces projections, les voitures électriques représenteront également 50% des ventes de véhicules neufs en Europe d’ici à 2030 et 85% en 2035. Toutefois, si “les législateurs renforcent les normes de CO2 des véhicules et lancent d’autres politiques pour stimuler le marché, à l’instar d’un déploiement plus rapide des points de recharge“, cette part pourrait “atteindre à 100% dans l’Union européenne d’ici 2035“, souligne T&Environnement.