in

Un premier cas de virus de la tomate confirmé en France

Crédits :Liubov Yashkir / iStock

Un premier cas de contamination au virus ToBRFV vient d’être confirmé dans une culture en serre de tomates dans le Finistère, selon le ministère de l’Agriculture.

Il y a quelques jours un rapport de l’Anses (Agence de sécurité sanitaire) alertait sur l’expansion d’un virus (ToBRFV) menaçant d’infecter les cultures des tomates en France. Jusqu’à présent, l’hexagone avait été épargné, mais il n’a pas fallu attendre longtemps avant que le virus, déjà repéré en Allemagne et en Italie, ne passe nos frontières.

Le Ministère de l’Agriculture vient en effet de confirmer la contamination de tomates en serre dans une exploitation du Finistère. Les résultats de l’Anses sur les échantillons prélevés sont “positifs“, peut-on lire dans un communiqué. Les tomates “sont donc bien contaminées par le virus“.

Cette première exploitation touchée a été placée en confinement par les autorités sanitaires, en attendant la destruction de tous les plants de tomates et la désinfection du site.

Une vraie menace économique

Pour rappel, le tomato brown rugose fruit virus (ToBRFV) – sans danger pour les humains – ne s’attaque pas uniquement aux tomates. Les cultures de piments et poivrons sont également concernées.

Connu pour être particulièrement virulent, il peut se transmettre par les semences, les plants ou les fruits infectés, mais aussi par les outils de jardinage, les insectes pollinisateurs, ou l’eau d’irrigation. Il peut également rester en sommeil pendant de nombreuses années, et il n’existe à ce jour aucun traitement vraiment efficace.

On souligne également que toutes les cultures de tomates peuvent être touchées, qu’elles soient conventionnelles ou biologique, sous serre ou en plein champ.

C’est pourquoi ce virus inquiète autant. En étant aussi résistant et contagieux, de dernier menace en effet de s’étendre encore davantage sur l’ensemble de la planète par le biais des échanges commerciaux, et de prendre en otage plusieurs filières importantes.

En France, la culture de tomates en France est la première culture légumière avec 712 000 tonnes produites en 2018, rappelle le Ministère de l’agriculture.

tomates
Des tomates infectées par le tomato brown rugose fruit virus (ToBRFV). Crédits : EPPO Global Database

Rester vigilant

Pour éviter la propagation du virus, l’Anses insiste sur la nécessité de n’importer que des plants et semences à partir de sites de production certifiés non infectés. Les particuliers habitués à commander des semences sur Internet doivent également veiller à bien se renseigner sur la provenance des échantillons.

En cas de suspicion, il est essentiel de prendre contact avec l’Anse. Les symptômes sont divers et variés, mais ceux-ci peuvent alerter :

– Des mosaïques (taches chlorotiques ou pâles) développées sur les feuilles
– Des feuilles plissées, déformées ou même rétrécies
– Apparition de stries brunes (nécrotiques) sur les tiges
– Apparition de marbrures chlorotiques et de taches brunes sur les fruits
– Fruits d’apparence déformés ou fripés

Source

Articles liés :

Tomates, radis ou quinoa : ces cultures qui pourraient un jour pousser sur Mars

Les tomates associées à du fer voient leurs effets bénéfiques réduits

Ces virus géants produisent leurs propres gènes, tels des artisans du vivant