in

Les tomates associées à du fer voient leurs effets bénéfiques réduits

Crédits : Pixabay

Lorsque les tomates sont associées à trop de fer, leurs propriétés bénéfiques semblent considérablement se réduire, nous révèle une étude.

Nous savons les tomates (très) bonnes pour la santé. Il est en effet établi que ses nombreux antioxydants contenus dans son pigment rouge, le lycopène, permettent de réduire le taux de mauvais cholestérol. D’améliorer la circulation sanguine également, ou encore de limiter les risques d’AVC. Plusieurs études, l’une publiée il y a quatre ans et l’autre l’année dernière, suggèrent même que les tomates auraient un effet protecteur contre certains cancers. C’est pourquoi de nombreux chercheurs se concentrent aujourd’hui sur ce fameux pigment, dans le but de mieux appréhender ses effets sur la santé.

Récemment, une équipe de l’Ohio State University a tenté d’évaluer la réponse de ce pigment lorsqu’il était associé à du fer. Cette étude, publiée dans la revue Molecular Nutrition & Food Research, ne se base que sur un tout petit échantillon (seulement sept personnes), mais ses conclusions paraissent très intéressantes.

L’absorption des antioxydants réduite

Pour ces travaux, les chercheurs ont invité les participants à consommer deux milk-shakes. L’un à base d’extrait de tomate avec des aliments riches en fer, l’autre sans suppléments de fer. Les chercheurs ont ensuite fait des analyses sanguines et prélevé des échantillons digestifs. Dans l’estomac et dans l’intestin grêle. Il est alors très vite ressorti que lorsque les tomates étaient consommées en étant accompagnées d’aliments riches en fer, les niveaux de lycopène absorbés par le corps chutaient de manière significative.

« Cela pourrait avoir des implications potentielles chaque fois qu’une personne consomme quelque chose de riche en lycopène et en fer – comme une sauce bolognaise par exemple, explique Rachel Kopec, principale auteure de l’étude. Vous n’obtiendrez probablement que la moitié du lycopène comparé à ce que vous auriez pu absorber avec des aliments ne contenant pas de fer ».

Tomates
Crédits : Pixabay

D’autres recherches nécessaires

Ce n’est ici qu’une observation constatée, on le rappelle, sur un tout petit échantillon. Ces résultats méritent néanmoins d’être plus approfondis. Les chercheurs par exemple, ne savent pas encore pourquoi le fer semble réduire l’absorption du lycopène. « La nutrition peut jouer un rôle important dans la prévention des maladies, poursuit Rachel Kopec. Il est donc important pour nous de rassembler toutes les pièces du puzzle afin de pouvoir donner aux gens des recommandations fiables, basées sur des preuves scientifiques ».

Notons par ailleurs que cette étude n’implique pas que des plats de pâtes à la sauce bolognaise, bien évidemment. Ce n’était qu’un exemple. Ce pigment rouge, qui est un caroténoïde, se retrouve en effet dans d’autres produits, comme les pastèques ou les pamplemousses. Le fer également, se retrouve dans bien d’autres aliments.

Articles liés :

Manger des pommes et des tomates peut aider à réparer les poumons des ex-fumeurs

Bientôt un simple test urinaire pour détecter le cancer ?

Un nouveau test permet une détection beaucoup plus précoce du cancer de l’ovaire