in

Satellite : une opération de maintenance inédite à 36 000 km d’altitude

Le satellite Intelsat 901 alors que le MEV-1 s'approche pour venir s'amarrer. Crédits : Northrop Grumman

Ce mardi, un vaisseau s’est amarré à un satellite mis au rebut à 36 000 km au-dessus de la Terre. Cette « opération de maintenance » lui permettra de poursuivre ses opérations pendant encore cinq ans.

Après des années de bons et loyaux services, la plupart des satellites qui ne peuvent plus assurer leur mission finissent leurs vieux jours sur des « orbites cimetières », au-dessus de l’arc géostationnaire où opèrent les grands satellites de communication. Lancé en 2001, le satellite Intelsat-901 a intégré cette orbite il y a quelques mois, car il commençait à manquer de carburant. Il devait ainsi normalement « tomber dans l’oubli » prochainement.

Toutefois, le vaisseau va finalement pouvoir jouer les prolongations. La société Intelsat qui gère ce vieux satellite s’est en effet récemment associée à Northrop Grumman dans le cadre d’une opération de sauvetage inédite dans le secteur privé.

Une rencontre à 36 000 km au-dessus de la Terre

Un vaisseau développé par Northrop Grumman, baptisé MEV-1, a été lancé en octobre dernier sur une fusée Proton depuis le Kazakhstan. Son objectif est de venir se fixer sur Intelsat-901 pour lui permettre de poursuivre sa mission malgré le manque de carburant. D’après les responsables des deux sociétés, les deux vaisseaux se sont finalement rejoints avec succès ce mardi. Cet événement est d’autant plus marquant que le satellite Intelsat n’a jamais été conçu pour ce type d’amarrage.

Au cours de ces prochaines semaines, le vaisseau développé par Northrop Grumman utilisera ses propulseurs pour accompagner Intelsat-901 sur son ancienne orbite. Ils resteront alors attachés ensemble pour les cinq prochaines années. Ce sera une sorte de chien-guide qui permettra au satellite vieillissant de prolonger sa mission. Les opérations devraient normalement reprendre dès la fin du mois de mars.

satellites
Le satellite Intelsat 901 alors que le MEV-1 s’approche pour venir s’amarrer. Crédits : Northrop Grumman

D’autres sauvetages prévus ?

Le vaisseau MEV-1 a une durée de vie d’environ quinze ans selon les responsables Northrop Grumman. Autrement dit, après sa mission auprès de Intelsat-901, il pourrait éventuellement venir en aide à d’autres satellites vieillissants.

Northrop Grumman a également indiqué qu’après le succès de ce premier amarrage, la construction d’un deuxième MEV était déjà prévue. Celui-ci devrait même pouvoir accoster ses hôtes directement en orbite géostationnaire.

Intelsat est aujourd’hui le seul client de Northrop Grumman pour ce type de missions d’extension de la durée de vie des satellites, mais il ne fait aucun doute que ce premier succès intéressera d’autres sociétés.

Source

Articles liés :

La France veut développer un laser anti-satellites espions

Et si on réparait les satellites afin d’éviter que l’espace ne devienne un dépotoir ?

Pour trouver des extraterrestres, cherchez des satellites