in

Et si on réparait les satellites afin d’éviter que l’espace ne devienne un dépotoir ?

Crédits : Pixabay

Et si nous réparions les satellites usagés présents en orbite autour de la Terre ? En effet, parmi les dizaines de milliers de déchets spatiaux, se trouvent de nombreux satellites aujourd’hui en panne. Différents projets sont actuellement destinés à envoyer des engins réparer ou évacuer ces satellites.

Le point sur les déchets spatiaux

En orbite autour de notre planète, il y a environ 750 000 objets de plus d’un centimètre, ainsi que 179 millions d’objets de plus de 1 mm. Parmi les débris de fusée et autres éclats provoqués par des accidents, il y aurait 3000 satellites inactifs qui, ayant épuisé leur carburant, ont perdu leur utilité. Ces derniers ne sont plus capables de maintenir correctement leur orbite, et peuvent causer des accidents, générant potentiellement d’autres déchets. Par ailleurs, il y aurait en réalité seulement 1900 satellites en marche au-dessus de nos têtes !

Par ailleurs, saviez-vous qu’il y a même des déchets sur la Lune ? En effet, pas moins de 200 tonnes de déchets ont été abandonnées sur le satellite de la Terre ! Parmi ces détritus, nous retrouvons des débris de vaisseaux et autres appareils utilisés pour les missions lunaires, ainsi que d’autres d’objets tels que des balles de golf.

Quelques projets intéressants

En 2021 sera lancé le Robotic Servicing of Geosynchronous Satellites (RSGS) de la société SSL, un appareil capable d’intervenir sur de nombreux satellites situés en orbite géostationnaire. Son but ? Inspecter les satellites, les réparer et les recharger en carburant afin de tenter une remise en fonction. En ce qui concerne le Mission Extension Vehicle (MEV), l’échéance est plus courte (2019). Mis au point par le constructeur aérospatial américain Orbital ATK, le MEV devrait être capable de s’attacher à un satellite pour le ramener vers son orbite d’origine.

Crédits : Jet Propulsion Laboratory

L’Agence d’exploration spatiale japonaise (Jaxa) avait effectué le lancement du nettoyeur expérimental Kounotori-6 en décembre 2016, un projet qui s’est finalement soldé par un échec après l’apparition de problèmes techniques et structurels. Des mesures peuvent également être prises afin de limiter les déchets spatiaux. La France a par exemple pris la décision en 2008 de forcer les opérateurs à effectuer eux-mêmes la sortie orbitale des satellites obsolètes. Il s’agit de les ramener vers la Terre afin que ceux-ci se consument dans l’atmosphère.

Tous ces projets présentent évidemment un intérêt, mais l’ampleur du problème pourrait bien être trop importante. En effet ces cinq dernières années, le nombre de satellites dans l’espace a doublé ! Il s’agit d’une tendance qui ne devrait pas baisser, augmentant toujours plus les risques de collision et autres accidents, et donc la production de nouveaux déchets spatiaux.

Sources : ConsoglobeCapital

Articles liés :

Une conférence tente de mettre fin aux débris spatiaux, véritable menace pour l’exploration spatiale

Allons-nous un jour recycler les déchets spatiaux ?

Un collecteur de déchets spatiaux s’apprête partir « pêcher » dans l’espace