in

Peut-on attraper le coronavirus Covid-19 après avoir touché des billets de banque ?

Crédits : NeedPix

Si plusieurs pays ont pris des mesures pour désinfecter leurs billets de banque, l’Europe reste à l’écart estimant le risque de contamination bien trop faible. Si les avis sont partagés, l’OMS a tout de même tenu à donner quelques conseils afin d’éviter un maximum la contamination via les billets de banque.

Les billets porteurs du coronavirus ?

Comme chacun sait, les billets de banque passent de mains en mains et sont par conséquent un objet sale. Comme l’explique The Telegraph dans un article publié le 2 mars 2020, les billets sont susceptibles de porter un virus durant plusieurs jours. Autrement dit, ces derniers peuvent donc potentiellement le transmettre.

Il faut savoir que depuis quelques semaines, la Chine mais aussi la Corée du Sud ont agi face à ce problème. En effet, les billets de banque considérés comme usagés ont été isolés et désinfectés au moyen d’ultra-violets et de fortes températures. Parfois, les billets provenant de zones très infectées sont tout simplement détruits. Comme pour chaque précaution, l’objectif est le même : réduire la progression du coronavirus Covid-19. Aux États-Unis, les dollars revenant d’Asie sont “placés en quarantaine”. Allons-nous adopter de telles mesures en Europe ? “Jusqu’à présent, il n’existe aucune preuve que le coronavirus ait été propagé par les billets de banque en euros”, estime la banque centrale européenne.

SARS et MERS ont une persistance de 4 à 5 jours en moyenne sur les objets…

Le 12 février 2020, nous évoquions une étude portant sur la survie du coronavirus. Les chercheurs de l’Université de la Ruhr (Allemagne) ont testé la résistance des coronavirus SARS et MERS – similaires au Covid-19 – sur différentes surfaces telles que le verre, le plastique ainsi que le papier. En conclusion, les chercheurs ont affirmé que le Covid-19 pouvait lui aussi persister en moyenne entre 4 et 5 jours.

Néanmoins, la température joue ici un rôle important. En effet, la résistance du coronavirus diminue de manière importante à des températures dépassant les 30 °C. Au contraire, des températures plus basses favorisent sa persistance, si bien que celle-ci peut aller jusqu’à neuf jours !

…mais pas de preuve de transmission à un humain

“Mais cette étude ne démontrait en rien qu’une fois sur les billets, les coronavirus peuvent se transmettre à un humain qui manipulerait ces papiers. (…) Il faut prendre ces résultats avec de très grosses pincettes, et ne pas en déduire que les billets transmettent des maladies”, assure le porte-parole de l’Inserm.

Dans un entretien à BFMTV, le porte-parole de la BCE confirme cette position. “Comme pour la grippe saisonnière normale et comme sur toute autre surface, les gouttelettes respiratoires d’une personne infectée par un virus déposé sur un billet de banque pourraient survivre pendant une période limitée. Mais la probabilité de contagion avec un virus via un billet de banque est très faible par rapport à d’autres surfaces. Par exemple les poignées de porte, les mains, les interrupteurs, les paniers de commission”.

lavage mains hygienne
Outre l’utilisation du paiement sans contact, l’OMS préconise un lavage des mains régulier et efficace.
Crédits : JKerner / Pixabay

Les conseils de l’OMS

Face à l’absence de preuve de transmission à l’homme, les précautions restent de mises. L’OMS qui s’est exprimée sur le sujet a donné quelques conseils. Premièrement, l’OMS invite les personnes à utiliser au maximum les paiements sans contact. Toutefois, tout le monde n’a pas la possibilité ou même le désir d’utiliser ce moyen de paiement. Ainsi, il est vivement conseillé de bien se laver les mains – et régulièrement – en cas de contact avec des billets de banque. Une hygiène personnelle irréprochable reste la meilleure barrière face aux maladies.

Source

Articles liés :

Coronavirus : comment faire soi-même son gel hydroalcoolique ?

Il existe tout de même de bonnes nouvelles concernant le coronavirus Covid-19

Covid-19 : la peur et la panique plus dangereuses que le virus lui-même