in

Les touristes ont désormais interdiction de nager avec les dauphins en Nouvelle-Zélande

Le lien social, essentiel pour les dauphins et les orques. Crédits : Pixabay

Le gouvernement néo-zélandais interdit depuis le 1er juillet dernier aux touristes de nager avec les grands dauphins dans la baie des Îles. Les temps d’observation ont également été réduits, toujours dans le but de laisser les animaux respirer.

Une ONG française est actuellement à l’origine d’une pétition visant à interdire la nage commerciale avec les dauphins dans nos eaux territoriales. Une pratique qui semble en effet nuire au bien-être de ces animaux. La Nouvelle-Zélande, elle, a déjà franchi le pas. Depuis le 1er juillet dernier, aucun touriste n’est en effet autorisé à nager avec les dauphins dans la baie des Îles. Tous les opérateurs sont concernés. Les temps d’interactions avec les animaux ont également été réduits : pas plus de 20 minutes par jour, soit le matin, soit l’après-midi (mais pas les deux).

L’idée : limiter au maximum les interactions de l’Homme avec les dauphins en milieu sauvage. La région enregistre en effet depuis quelques années un taux de mortalité des bébés dauphins très élevé (75 %). Le plus élevé de la planète. Le nombre de dauphins dans la Bay of Islands a également diminué de 66 % depuis 1999. Seuls 19 spécimens fréquentent encore les lieux régulièrement. Les touristes souhaitant observer et nager avec les dauphins sont donc maintenant invités à garder leurs distances. Pour le bien-être des animaux.

dauphins
Crédits : Pixabay

Des animaux très perturbés

Rappelons qu’une étude, publiée dans Endangered Species Research, avait en 2010 déjà tiré la sonnette d’alarme. Elle concernait cette fois les dauphins retrouvés au large de Zanzibar. « Chaque fois que les bateaux de tourisme sont présents, les dauphins sont très perturbés et passent moins de temps à se nourrir, à se socialiser ou à se reposer, expliquait à l’époque Per Berggren, de l’Université de Newcastle. Cela a un impact négatif non seulement sur les animaux individuels, mais également sur la population dans son ensemble et peut avoir à long terme un effet dévastateur ». Le chercheur soulevait également que le fait que tout changement devait « être impulsé par les touristes ».

Rappelons que les dauphins sont des animaux intelligents dotés de capacités sociales très complexes. Ces mammifères ont donc besoin d’espace pour s’exprimer, pour évoluer. Le problème se pose également, et surtout, avec la fréquentation des parcs animaliers. Si certains estiment qu’il n’est pas possible de fermer ces delphinariums, la réponse peut alors venir du public. En arrêtant de payer sa place pour observer des dauphins (ou des orques) sauter dans des cerceaux, les responsables de ces établissements n’auront plus aucun intérêt à proposer des spectacles aussi dégradants.

Articles liés :

Comme nous, les dauphins qui partagent les mêmes intérêts deviennent amis

Les orques maintenues en captivité, ces victimes du stress chronique

Ces anciens reptiles avaient beaucoup en commun avec les dauphins