in ,

Le booster d’une fusée s’est écrasé sur un immeuble en Chine !

Crédits : AAxanderr / Wikipedia

Alors que prévenir ce genre d’accident n’est en soi pas si compliqué, la Chine continue de risquer la vie de citoyens vivant dans les zones rurales. Dernièrement, un débris de lancement issu de la fusée Longue Marche 3B a aplati un immeuble, heureusement sans faire de victime.

Un immeuble détruit

Qui ne se souvient pas de Tiangong-1, la station spatiale chinoise qui s’est désintégrée au dessus-du Pacifique en avril 2018. Avant la retombée de la station, des craintes subsistaient mais les chances de voir un humain impacté par un débris étaient de “seulement” 1 sur 10 000. En revanche, si la chute d’une station spatiale est un accident on ne peut plus rarissime, les fréquents lancements de fusées engendrent des débris présentant des risques similaires.

Comme d’autres pays, la Chine a multiplié les lancements ces dernières années. Selon un article publié dans la MIT Technology Review, c’est justement ce qui s’est produit le 23 novembre 2019 dans une petite bourgade d’une région rurale du centre du pays. En effet, un des boosters de la fusée Longue Marche 3B a terminé sa course sur un bâtiment. Aucune victime humaine n’a été déplorée mais la fumée jaunâtre s’échappant du booster était très toxique.

accident fusée chine
Crédits : Andrew Jones / Twitter

Un problème de logistique

Aux quatre coins du globe, les responsables font la plupart du temps en sorte que les débris retombent dans l’océan. Néanmoins, la terre ferme est parfois touchée en Chine. Le fait est que dans ce pays, les bases de lancement sont situées à l’intérieur, loin des côtes, dans les régions rurales. Or, c’est justement le cas de la ville de Xichang, située dans la province du Sichuan. S’il n’y a aucun problème la plupart du temps, un éventuel dysfonctionnement lors du lancement devient très vite une source de danger pour la population locale !

Ce récent crash n’a fait aucune victime mais en 1996 un incident similaire a causé de nombreuses victimes. Afin de remédier à cette situation préoccupante, la Chine devrait penser à déplacer ses pas de tir. Toutefois rien n’indique pour l’instant que les autorités aient l’intention d’effectuer les aménagements adéquats.

Du côté russe, le cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan) est également concerné. La population vivant aux alentours s’est avec les années habituée aux débris de lancement. Toutefois, le problème concernerait davantage les dégâts causés à l’environnement.

Source

Articles liés :

Les débris spatiaux et leur potentielle retombée sur Terre, une menace pour l’Homme ?

Comment l’ESA veut automatiser l’évitement des déchets spatiaux

Une conférence tente de mettre fin aux débris spatiaux, véritable menace pour l’exploration spatiale