in

Ils retrouvent 2 000 sacs plastiques dans l’estomac d’un chameau !

Crédits : DocChewbacca / Flickr

À Dubaï, une équipe de chercheurs a fait une découverte qui malheureusement, n’est pas si rare. Dernièrement, l’estomac d’un chameau contenait environ 2 000 sacs plastiques. Cette découverte macabre s’ajoute aux nombreuses déjà comptabilisés.

Une mort douloureuse

Habituellement, les animaux marins font la une des médias quant à leur insoutenable exposition aux déchets plastiques. En 2018, un cachalot échoué sur une plage espagnole avait pas moins de 29 kg de plastique dans son estomac. En 2019, deux baleines découvertes à quelques semaines d’intervalle en Italie et aux Philippines contenaient respectivement 22 et 40 kg de plastique dans leur estomac.

Une étude publiée dans le Journal of Arid Environments en février 2021 a évoqué le même problème concernant cette des animaux évoluant sur la terre ferme. Le quotidien étasunien a relayé la découverte à Dubaï d’un chameau dont l’estomac contenait pas moins de 2 000 sacs en plastique. Selon Marcus Erikson, directeur de la recherche pour le compte du 5 Gyres Institute a affirmé que la masse de plastique en question était aussi importante qu’une grande valise. Depuis 2008, environ 300 chameaux de la région de Dubaï sont morts après avoir mangé des déchets humains, soit 1 % des décès.

chameau
Crédits : Hiro Otake/Flickr

« Imaginez que vous avez cinquante sacs en plastique dans l’estomac, que vous ne pouvez pas digérer, provoquant des ulcères, un énorme inconfort et la sensation d’être plein, tout le temps. Vous ne pouvez pas et ne mangez pas de nourriture. C’est ce qui arrive aux chameaux, et cela entraîne des saignements intestinaux, des blocages, une déshydratation, une malnutrition et la mort », a expliqué Marcus Erikson.

Un phénomène baptisé “polybezoar”

Dans leur étude, les scientifiques ont qualifié ce phénomène touchant les chameaux de “polybezoar”. Il est question d’un ensemble aggloméré de plastique, de corde et autres déchets ainsi que des dépôts de sel, se retrouvant soit dans l’estomac, soit dans le tube digestif de l’animal. Ils ont également évalué la masse que ces ensembles peuvent atteindre, à savoir entre 6,2 et 63,6 kg. À Dubaï, les sacs en plastique et autres emballages s’échappent des poubelles en raison des vents souvent violents. Ceux-ci voyageraient ensuite sur de longues distances avant de finir leur course dans l’environnement naturel des chameaux.

Marcus Erikson a rappelé que la plupart des gens focalisent leur attention sur l’impact des déchets plastiques au niveau des océans. Selon l’intéressé, ceci représenterait un frein dans la capacité à résoudre le problème de manière globale. Autrement dit, la pollution plastique concerne également la terre ferme jusqu’au sommet des montagnes, si bien qu’il est urgent que les responsables politiques mondiaux considèrent enfin la situation avec sérieux.