in

La firme Hyundai a des projets pour la société Boston Dynamics

Crédits : capture YouTube / BostonDynamics

Le constructeur automobile sud-coréen a récemment investi une importante somme d’argent pour donner un peu plus d’élan à la célèbre société Boston Dynamics. L’objectif est ici de booster la recherche fondamentale afin de garder une longueur d’avance sur la concurrence.

Un nouvel institut à Cambridge

Boston Dynamics est une société de robotique qui a grandement fait parler d’elle ces dernières années, principalement avec des vidéos toujours très spectaculaires de ses créations. Une de ses machines est même déjà devenue une icône : le robot-chien Spot. Ce dernier est déjà produit à grande échelle et a déjà été testé ou adopté dans de nombreux domaines : police, surveillance, cartographie ou encore exploration et garde d’animaux.

Par ailleurs, rappelons que Boston Dynamics est passé de main en main depuis une décennie. Tout commence avec le rachat par Google en 2013, puis la vente à Softbank en 2017 et enfin la vente à Hyundai, le célèbre constructeur automobile sud-coréen, en juin 2021. Or, la firme est restée assez discrète pendant un an et l’activité de Boston Dynamics a continué sans qu’une nouvelle ligne directrice claire n’ait été annoncée.

Pourtant, Boston Dynamics a annoncé la création par Hyundai de l’Institut Boston Dynamics AI à Cambridge (Royaume-Uni) dans un tweet du 12 août 2022 (voir ci-après),

Imaginer les robots de demain

Pour Hyundai, cet institut devrait permettre la recherche et le développement des produits futurs de Boston Dynamics, tout en accélérant la recherche fondamentale de tout le groupe. Par ailleurs, Cambridge est une ville où se trouvent de nombreux chercheurs de renom, les meilleures universités anglaises et d’autres firmes importantes. Citons par exemple Ford qui a également son propre institut sur place. Dans un communiqué, Hyundai déclare ainsi avoir misé 400 millions de dollars sur Boston Dynamics.

Dans ce nouvel institut, les recherches ne tourneront pas seulement autour du célèbre robot Spot ou encore du robot humanoïde acrobatique Atlas. En effet, le recrutement de nouveaux ingénieurs permettra de créer les futures générations de robots avancés et de machines intelligentes. Ces mêmes machines devront être plus agiles, plus perspicaces et plus sûres que tout ce qui existe aujourd’hui.

Ainsi, Hyundai désire garder une longueur d’avance sur la concurrence qui peine parfois à trouver des financements. Néanmoins, la menace est bien réelle. Par exemple, il faut savoir que le robot Spot a déjà un concurrent, le Vision 60 Q-UGV de Ghost Robotics. Ce dernier a en effet des caractéristiques assez comparables à celle de Spot et a déjà été enrôlé par l’United States Space Force (USSF), la sixième branche des forces armées des États-Unis. Il a même été testé cette année par l’armée française.