in

L’armée française teste les robots-chiens de Ghost Robotics

Crédits ; Sécurité Intérieure des Etats-Unis

Fabriqué par la start-up Ghost Robotics, l’équivalent militaire du célèbre robot-chien Spot va bientôt accompagner les soldats français sur le terrain. Dans un premier temps, cette technologie fera toutefois l’objet de tests.

Un engouement autour des robots-chiens militaires

En 2021, nous évoquions un robot-chien équipé d’un sniper sur le dos, source d’inquiétude pour certains experts. Il s’agissait du Vision 60 (V60), une machine conçue par Ghost Robotics, une société dont le travail ressemble assez à celui de Boston Dynamics. La différence est toutefois énorme, puisque la seconde s’est engagée à ne jamais armer ses robots. En février 2022, Ghost Robotics est revenue sur le devant de la scène. Cette fois, il était question d’une collaboration avec la Sécurité intérieure des États-Unis dans le cadre de patrouilles de robots-chiens policiers à la frontière avec le Mexique.

Désormais, l’armée française semble également s’intéresser au V60, comme l’explique un article publié par L’Express le 14 juin 2022. Le quotidien a interrogé Fabien Lastreto, responsable du département protection périmétrique pour la société Scopex. Or, cette dernière commercialise une version du robot-chien embarquant un logiciel anti-intrusion.

robot-chien V60 ghost robotics
Crédits : Ghost Robotics

Pourquoi l’armée française s’y intéresse-t-elle ?

Il s’avère que contrairement au robot Spot de Boston Dynamics, le V60 a un avantage exceptionnel : son autonomie. En effet, ce dernier dispose d’une batterie lui permettant de tenir 3h30 au lieu de 1h30. Et si l’armée française s’intéresse à ce concentré de technologie, ce n’est pas le fruit du hasard. En effet, Ghost Robotics affirme avoir déjà livré pas moins de 200 unités de V60 à plusieurs pays. Aux États-Unis à la base aérienne de Tyndall (Floride), les machines patrouillent en duo. Les responsables semblent satisfaits de leur de rôle dans la surveillance de sites et la détection des anomalies. Le V60 remplit ses objectifs de manière autonome grâce à une intelligence artificielle couplée à des capteurs.

Selon Fabien Lastreto, le V60 est agile, également capable de monter des escaliers. De plus, celui-ci sera équipé d’un bras sur le dos dès l’année prochaine. Il est évident que ce type d’équipement peut suppléer l’humain dans le cadre de tâches peu valorisantes. En effet, qui a réellement envie de tourner en rond ou observer l’horizon durant des heures entières ?

Par ailleurs, le V60 peut agir en tant qu’éclaireur et ainsi précéder les soldats humains directement sur le champ de bataille. L’armée française a déjà déployé quatre de ces machines au Mali, dans leur version « mule » capable de transporter du matériel afin d’en évaluer les contraintes logistiques. L’armée a par ailleurs pratiqué des tests pour des opérations fictives de déminage et entend bien tirer des conclusions sur la viabilité de cet équipement.