in

Des phéromones sexuelles pour éliminer les frelons asiatiques géants ?

Crédits : Wikimedia Commons

« L’odeur du sexe » des frelons asiatiques géants pourrait être le meilleur pari des entomologistes pour  empêcher ces envahisseurs de décimer les populations d’abeilles américaines. Récemment, une équipe a identifié les phéromones sexuelles de reines prélevées en Chine.

La menace des frelons géants asiatiques

Les frelons géants asiatiques (Vespa mandarinia) se sont récemment propagés aux États-Unis. Ils ont été capturés pour la première fois dans l’État de Washington en août 2020, avant de se propager dans le nord-ouest américain. Cette invasion est inquiétante dans la mesure où les frelons peuvent décimer une ruche d’abeilles en quelques heures. Les frelons décapitent en effet généralement leurs proies et ramènent ensuite leur thorax à la maison pour nourrir les larves.

Bien sûr, les abeilles ne restent pas les bras croisés. Certains peuvent en effet se défendre en produisant un son d’alarme unique pour alerter les membres de la ruche d’une attaque. Des chercheurs du Wellesley College ont récemment documenté ces appels en vidéo. Les abeilles mellifères asiatiques disposent quant à elles aussi plusieurs techniques de défense. Ces insectes peuvent notamment leur « siffler » dessus tout en zigzaguant pour désorienter leurs assaillants plus lents ou se rassembler en groupe autour pour les amener à suffoquer. Enfin, selon de récentes recherches, ces abeilles enduisent également l’entrée des ruches avec des excréments dans le but de les repousser.

Côté humains, si nous savons qu’un apiculteur Français a développé un piège primé au concours Lépine capable de cibler uniquement les reines. Cependant, la plupart du temps, les entomologistes tentent de gérer les populations de frelons en supprimant les nids manuellement, ce qui n’est pas une mince affaire. Dans le cadre d’une étude récente, une équipe d’entomologistes a tenté l’approche des phéromones, déjà utilisée pour appâter d’autres espèces.

frelons abeilles
Crédits : Rushen – Khao Yai National Park

Trois composés clés

Les chercheurs ont capturé un groupe de reines vierges au moyen de drones dans des colonies du Yunnan, en Chine. Ils ont ensuite prélevé les glandes sexuelles de ces femelles et ont utilisé la chromatographie en phase gazeuse et la spectrométrie de masse pour identifier les composés de phéromones de six d’entre elles.

Selon l’étude, publiée dans Current Biology, les principaux composants de phéromones identifiés par l’équipe étaient l’acide hexanoïque, l’acide octanoïque et l’acide décanoïque. Le premier a une odeur grasse, de fromage, parfois d’urine, tandis que le second, trouvé naturellement dans certains laits animaux, a une odeur légèrement rance. Enfin, l’acide décanoïque est parfois utilisé dans certains arômes de fruits.

Cela étant dit, mélangez ces trois acides, et les frelons ont visiblement la tête qui tourne. Lors d’expériences, ces composants (mélangés à d’autres substances) testés dans des pièges collants ont en effet permis de capturer des milliers de mâles. Tous rivalisaient pour s’accoupler avec des reines. D’après l’étude, ces pièges sont également très spécifiques, ces derniers n’ayant capturé aucun autre insecte ni même de frelons géants femelles.

frelons
Une équipe du Département de l’agriculture de l’État de Washington (et non des Stormtroopers) travaille à l’élimination d’un nid de frelons géants en octobre 2020. Crédits : Elaine Thompson

Ces travaux ne sont pas encore terminés, mais ils restent prometteurs. Lors de la prochaine saison des frelons en Chine, les chercheurs testeront les distances auxquelles les pièges à phéromones sont efficaces. En laboratoire, ils essaieront également d’isoler d’autres composants chimiques susceptibles d’attirer les insectes afin de se rapprocher le plus possible de la chimie naturelle.