in

Cheops : le chasseur d’exoplanètes a pris ses premières images

Crédits : ESA/CHEOPS Mission Consortium/Airbus

Lancé le 18 décembre dernier, le télescope Cheops a pris ses premières photos d’étoiles. Ces images sont très “floues” et les astronomes sont ravis.

Plusieurs missions ont permis la découverte de milliers d’exoplanètes dans notre galaxie. D’autres auront également bientôt l’occasion d’en trouver d’autres. Ce que nous propose aujourd’hui l’ESA, c’est d’étudier quelques-uns de ces mondes plus en profondeur en caractérisant leur taille. Pour ce faire, l’agence européenne a lancé en décembre dernier sa mission CHEOPS.

Cheops amènera la science des exoplanètes à un tout autre niveau“, avait notamment déclaré le 18 décembre dernier Günther Hasinger, directeur scientifique de l’ESA, le jour du lancement de la mission. “Après la découverte de milliers de planètes, la quête peut maintenant se tourner vers la caractérisation. Nous allons enquêter sur les propriétés physiques et chimiques de ces mondes. Ces données nous permettront de savoir de quoi ils sont faits et comment ils se sont formés“.

Dans le cadre de sa mission, le télescope tentera principalement de mesurer les minuscules variations de luminosité des étoiles sélectionnées qui témoignent du transit de leur planète. Grâce à ces mesures, les chercheurs seront alors capables de déterminer le diamètre précis des exoplanètes. En combinant ces informations avec des données sur la masse des objets, il sera ensuite possible de déduire leur densité, et donc leur structure interne.

cheops
Vue d’artiste du satellite CHEOPS et d’un système planétaire. Crédits : ESA

Premières images

Depuis son lancement, le télescope est positionné à 710 kilomètres d’altitude. Il y a quelques jours, les responsables de la mission ont commencé à tester son “appareil photo”. Ils ont alors “demandé” à l’instrument de prendre ses premières images du ciel. Pour ce premier test, ils ont ciblé une étoile située à 150 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Cancer.

Les premières images qui devaient apparaître étaient primordiales pour nous afin de pouvoir évaluer si les éléments optiques du télescope étaient sortis indemnes du décollage de la fusée“, a expliqué Willy Benz, professeur en astrophysique à l’Université de Berne. “Lorsque les premières images d’un champ stellaire sont apparues sur l’écran, tout le monde a immédiatement compris : le télescope fonctionne“, s’est-il réjoui.

cheops
Crédits : ESA/CHEOPS Mission Consortium/Airbus

CHEOPS voit flou, mais c’est volontaire

Comme vous pouvez le constater, cette première image est particulièrement floue. Et c’est normal. Pour étudier en détail les exoplanètes déjà découvertes, il faut en effet que l’image des étoiles autour desquelles elles tournent soit défocalisée. Cette étoile ci-dessus éclaire au total plus de 700 pixels. La précision serait bien moins bonne si l’image de l’étoile se formait sur un seul pixel, car il existe des variations de sensibilité d’un pixel à l’autre.

Ces premières images se sont également révélées “encore plus lisses et symétriques que ce que nous avions imaginé en nous appuyant sur nos mesures en laboratoire“, a poursuivi le chercheur. “Ces premières analyses sont prometteuses et encourageantes pour les semaines à venir“.

D’autres tests suivront au cours des deux prochains mois. “Nous allons analyser en détail de nombreuses autres images afin de déterminer le degré de précision que CHEOPS peut atteindre dans le cadre des différents aspects de son programme scientifique“, a expliqué David Ehrenreich, responsable scientifique de la mission. “Les résultats obtenus jusqu’à présent nous laissent penser que nous sommes sur la bonne voie“.

Selon l’ESA, les premiers résultats d’enquête pourraient être disponibles dans quelques mois. Pour le moment, on ne sait pas quelles seront les premières exoplanètes ciblées.

Source

Articles liés :

Une exoplanète rocheuse découverte à 66 années-lumière

Exoplanètes : le télescope WFIRST teste ses “lunettes de soleil”

De l’eau détectée sur une exoplanète potentiellement habitable, une première