in

Exoplanètes : le télescope WFIRST teste ses “lunettes de soleil”

WFIRST, le futur télescope géomètre à infrarouge à champ large de la NASA. Crédits : NASA

Le coronographe du futur télescope WFIRST de la NASA – appelé “starglasses” – vient de réussir son examen de conception préliminaire. C’est cet instrument qui permettra, bientôt, de pouvoir imager directement certaines exoplanètes.

WFIRST, le futur télescope à infrarouge de la NASA, est avec le Télescope géant européen et le James Webb Telescope l’un des observatoires les plus attendus de la prochaine décennie. Prévue pour être lancée au milieu des années 2020, la mission fonctionnera à la manière de Hubble, mais avec des “yeux” beaucoup plus larges et précis. Un vaste champ de vision qui permettra de générer de grandes images de l’Univers comme jamais auparavant. Cela permettra aux chercheurs d’explorer certains des plus grands mystères du cosmos. Comme celui de l’énergie noire, par exemple. Mais WFIRST aura également un autre “super-pouvoir” : celui de bloquer la lumière des étoiles pour mieux observer les exoplanètes.

Des “lunettes de soleil” ultra puissantes

Nous avons à ce jour détecté plus de 4 000 exoplanètes, mais toutes ou presque ont été repérées par des moyens indirects. Pouvoir imager directement les mondes lointains est en effet très compliqué dans la mesure où leur lumière se retrouve baignée dans celle de leur étoile hôte. Le but est donc de pouvoir bloquer cette lumière stellaire dans l’idée de faire “ressortir” les exoplanètes. Et pour ce faire, les chercheurs développent ce qu’on appelle des coronographes.

Ce type d’instruments est depuis longtemps développé, mais à petite échelle. Le télescope spatial Hubble, en orbite depuis 1990, est à ce jour la seule “grande” mission à en proposer. Celui du télescope WFIRST en revanche – appelé “starglasses” – sera beaucoup plus sensible. Jason Rhodes, l’un des chercheurs sur le projet, estime qu’il pourrait être en mesure de réduire la lumière des étoiles entrantes d’un facteur d’un milliard. De quoi permettre aux astronomes d’isoler les planètes en orbite, mais aussi de pouvoir étudier la composition de leur atmosphère.

Cet incroyable instrument servira également d’exemple pour de futures missions d’imagerie directe qui, cette fois, se concentreront sur des planètes plus petites et rocheuses.

Le futur coronographe de la mission WFIRTS vient de passer une étape majeure de sa conCEPTION. crédits : NASA/JPL-Caltech/Matthew Luem

Ce fameux coronographe WFIRST vient de passer son premier examen de conception, annonçait il y a quelques jours le Goddard Space Flight Center de la NASA. « Cela signifie que l’instrument a répondu à toutes les exigences de conception, de calendrier et de budget et peut maintenant passer à la phase suivante : la construction officielle », explique la NASA sur son site. Une fois en orbite, le télescope devrait surveiller environ 100 millions d’étoiles. De quoi potentiellement découvrir des milliers d’exoplanètes supplémentaires.

Articles liés :

Ces prochains télescopes sont capables de révolutionner notre approche de l’Univers

Serons-nous un jour en mesure de repérer un monde semblable au nôtre ?

Cet énorme pare-soleil spatial pourrait bien nous aider à détecter des exoplanètes