in

Cet « écran solaire » pour bitume permettrait de rafraîchir les villes !

asphalte bitume route
Crédits : zhudifeng / iStock

Durant l’été, les centres urbains peuvent devenir de véritables fournaises. À qui la faute ? Principalement au bitume, car ce dernier absorbe une grande partie du rayonnement solaire. Pour y remédier, une start-up étasunienne a présenté sa dernière innovation : un « écran solaire » (ou spray solaire) à appliquer directement sur la route.

Comprendre l’îlot de chaleur urbain

Pour comprendre le sujet, il est d’abord nécessaire de se familiariser avec la notion d’îlot de chaleur urbain (ICU). Il s’agit des élévations localisées des températures maximales diurnes et nocturnes en milieu urbain, et ce par rapport aux zones rurales (ou forestières proches) ou aux températures moyennes régionales. Le fait est que les bâtiments, routes et autres trottoirs absorbent la chaleur du soleil avant de la rediffuser. Le bitume noir absorbe quant à lui entre 80 et 95 % du rayonnement solaire. Celui-ci accumule également la chaleur, ce qui lui confère un pouvoir réchauffant même durant la nuit.

Dans une brochure (PDF en français / 4 pages) parue en 2018, l’Agence Parisienne du Climat expliquait que l’ICU produit à Paris des températures nocturnes d’environ 2,5°C supérieures à celles des zones rurales proches. En journée, cette différence peut atteindre une dizaine de degrés. La présence d’arbres en quantité est donc particulièrement importante et bienvenue, dans la mesure où il s’agit aussi d’un problème de santé publique. En effet, en 2020, Santé publique France estimait que les risques de décès étaient 18 % plus élevés au sein des communes les moins arborées.

ilot chaleur urbain ville
Crédits : Agence Parisienne du Climat

Un revêtement solaire prometteur

Dans une publication et une vidéo visible en fin d’article, la start-up étasunienne Pavement Technology affirme avoir conçu un genre de spray solaire pour recouvrir la route. L’objectif ? Disperser le rayonnement et « revitaliser » les routes, selon la start-up. Elle indique également s’être inspirée des crèmes solaires classiques qui comportent du dioxyde de titane, un filtre UV très courant.

Ainsi, l’écran solaire de Pavement Technology réduirait la température en ville mais pas seulement. La société promet aussi de lutter contre la pollution. En effet, le dioxyde de titane est un photocatalyseur. Autrement dit, il décompose – sous l’effet des UV – les oxydes d’azote ainsi que les composés organiques volatiles. Dans tous les cas, les responsables de cette innovation sont formels : recouvrir 1 km de route équivaut à planter cinq arbres. De plus, l’écran solaire revitalise la route en rebouchant notamment ses fissures.

Aux États-Unis, la ville de Charleston (Caroline du Sud) expérimente le concept cet été dans deux de ses quartiers. Il faudra donc vraisemblablement attendre la rentrée afin de savoir si cet écran solaire pour bitume est réellement une réussite. Si tel est le cas, d’autres villes pourraient logiquement se montrer très intéressées.