in

Voile : en quoi ce tissu solaire est-il révolutionnaire ?

Crédits : capture vidéo / Héole

Depuis quelques années maintenant, de plus en plus de voiliers intègrent des panneaux photovoltaïques. Cependant, une start-up française a développé une alternative à ces panneaux classiques à base de silicium grâce à l’intégration de cellules organiques directement dans la voile.

Léger, pratique et écologique

Bien réfléchir au choix de ses panneaux solaires avant d’équiper son voilier permet d’obtenir un rendement maximum. Toutefois, il se pourrait que cette solution devienne obsolète dans un futur assez proche grâce à l’arrivée d’une alternative. La start-up bretonne Héole a en effet développé un tissu solaire.

Déjà testé sur le mât de l’Ocean Fifty Leyton, ce tissu solaire équipera la voile du catamaran du navigateur français Marc Guillemot lors de l’édition 2022 de la Route du Rhum, en novembre. Fondée en 2014, la start-up Héole s’est donné pour objectif de remplacer les énergies fossiles par des propulsions électriques. Or, équipé sur les voiles, ce tissu solaire semble bien plus pratique et écologique tout en permettant un gain en termes de légèreté.

tissu solaire 2
Crédits : capture vidéo / Héole

Des cellules photovoltaïques organiques

Martin Delapalme, fondateur de Héole, a eu l’idée de créer cette société lors d’un tour du monde à la voile. Rappelons qu’un voilier avance naturellement avec le vent, mais en cas de calme plat, le navire doit poursuivre sa route et l’électronique à bord doit continuer à fonctionner. Il a donc imaginé cette voile solaire comme alternative aux panneaux solaires lourds et encombrants. Néanmoins, il faudra attendre 2018 pour que cette idée prenne réellement forme après la rencontre avec Jean-Marc Kubler, un spécialiste de l’éclairage LED. Ensemble, ils commanderont une étude sur les cellules photovoltaïques organiques (OPV) à Guillaume Wantz, professeur aux INP des Universités de Bordeaux.

Les cellules photovoltaïques organiques sont de taille réduite et se caractérisent également par leur finesse et leur souplesse. Cela leur permet notamment de bien s’adapter à la forme d’une voile. De plus, il est ici question de semi-conducteurs d’origine organique et non de silicium, comme c’est le cas des panneaux solaires classiques. Selon Héole, il s’agit donc d’une énergie économique et surtout durable, car entièrement recyclable et sans déchets. De plus, les OPV sont semi-transparentes, ce qui permet de capter la lumière des deux côtés de la voile, mais aussi la réverbération du soleil sur l’océan afin d’obtenir une meilleure efficacité énergétique.

Signe que le succès est en marche, la start-up Héole a récemment présenté son concept lors du CES 2022. D’autres projets sont également en cours, comme la traversée de la mer Méditerranée en 2023 par un ballon dirigeable embarquant des OPV.