in

VIDÉO : l’ESA vous invite à survoler ce cratère martien rempli de glace

Crédits : ESA / DLR / FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO)

En décembre 2018, pour fêter les 15 ans en orbite autour de la planète rouge de la sonde Mars Express, l’ESA nous proposait une photo incroyable : celle du cratère de Korolev, rempli de glace d’eau. Une nouvelle vidéo partagée par l’agence nous invite aujourd’hui à le survoler.

La planète Mars est remplie de glace, principalement bloquée dans la cryosphère (pergélisol et calottes polaires). La faible valeur de la pression de son atmosphère (0,66 millibars) ne peut en effet permettre le maintien d’une eau liquide, comme ce fut probablement le cas il y a plusieurs milliards d’années.

Il pourrait ainsi vous arriver, si vous vous baladiez sur la planète rouge, de tomber sur de vastes secteurs tapissés d’un blanc immaculé. C’est notamment le cas dans le cratère de Korolev, situé juste au sud des dunes Olympia Undae, près de la calotte polaire nord.

Un survol de la structure

Côté mensurations, la formation mesure 81 km de diamètre pour 1,8 kilomètre de profondeur. En volume, les chercheurs estiment qu’il y aurait environ 2 200 kilomètres cube de glace logés à l’intérieur.

L’animation ci-dessous a été développée à partir de cinq bandes d’images capturées en 2018 par la caméra stéréo haute résolution (HRSC) de la sonde Mars Express, nous offrant une résolution de 21 mètres par pixel. Ces données ont ensuite été combinées avec des informations topographiques de la zone environnante, permettant un rendu tridimensionnel de la structure.

Toutes ces images ont ensuite été assemblées, puis les couleurs ont été légèrement retravaillées de manière à nous présenter le cratère Korolev tel qu’il apparaîtrait à nos yeux humains.

De nombreux résultats scientifiques

Lancée en 2003, la sonde Mars Express avait à l’époque trois objectifs principaux : cartographier la planète rouge en haute résolution, détecter la présence d’éventuelles poches d’eau ou de glace, et enfin analyser la composition atmosphérique de la planète.

Tous ces objectifs ont été remplis. L’atmosphère martienne n’a en effet quasiment plus de secrets pour nous, et nous avons également une estimation assez précise de la quantité d’eau stockée sur la planète. Enfin, la sonde a également permis la détection d’argiles confirmant la présence passée d’eau liquide à la surface de Mars.

C’est d’ailleurs grâce à cette sonde que l’ESA et Roscosmos, l’agence spatiale russe, ont choisi d’évoluer sur Oxia Planum, dans le cadre de la mission ExoMars 2020.

Oxia Planum Mars cratère
Le bassin Oxia Planum, situé près de l’Équateur martien, mesure environ 200 km de diamètre. Crédits : NASA

Pour rappel, l’objectif principal de cette mission, dont le lancement a été repoussé en 2022, sera de chercher des preuves de vie passée dans les sols martiens. Mais pour ce faire, encore fallait-il savoir où chercher.

Les deux agences devaient en effet s’assurer que le site d’exploration présentait des traces d’un passé humide. Il était également nécessaire d’évoluer en zone basse. De cette manière, vous maximisez la quantité d’atmosphère disponible (celle de Mars est très fine) qui permet de freiner l’atterrissage. Enfin, la zone devait être suffisamment plate pour permettre au rover d’évoluer sans difficultés.

Finalement, la bassin Oxia Planum coche tous ces critères !

Source