in

Une dent de ptérosaure retrouvée incrustée… dans un fossile de calmar

Crédits : Christian Klug

La découverte d’une dent de ptérosaure à l’intérieur d’un calmar témoigne d’une bataille opérée en mer il y a 150 millions d’années.

Les ptérosaures étaient des reptiles volants qui évoluaient en même temps que les dinosaures. De nombreux spécimens ont été retrouvés avec des écailles et des os de poissons contenus dans leur estomac, nous donnant une idée assez précise de leur régime alimentaire. Des études antérieures ont confirmé qu’ils consommaient aussi des insectes et de petits vertébrés terrestres. Néanmoins, d’autres formes de vie pouvaient également figurer au menu.

Une équipe de paléontologues a récemment analysé les restes fossilisés d’un calmar découverts en 2012 près d’Eichstätt, en Bavière. À l’époque du Jurassique, il y a environ 150 millions d’années, la région était complètement différente. Elle était en effet tapissée de petites îles basses et de mers tropicales peu profondes. L’Allemagne autrefois, c’était un peu les Bahamas aujourd’hui en quelque sorte.

Une attaque avortée

Après examen du fossile, les chercheurs ont alors isolé une petite dent incrustée appartenant jadis à un spécimen de ptérosaure de l’espèce Rhamphorhynchus. Nous savons en effet que ces reptiles étaient très présents dans la région à cette époque. Côté scénario, on imagine alors le reptile volant plonger son bec dans l’eau pour capturer le calmar (du genre Plesioteuthis) qui mesurait environ trente centimètres de long.

Visiblement, l’attaque n’a pas abouti, mais on ne peut que spéculer sur les raisons de cet échec. Il est possible que le poulpe ait finalement été une trop grosse proie pour le ptérosaure. Ou peut-être évoluait-il trop profondément dans la colonne d’eau pour que le prédateur puisse l’attraper correctement.

Le paléontologue Michael Habib, de l’Université de Californie du Sud à Los Angeles, croit plutôt en la première hypothèse. Selon lui, le ptérosaure aurait même dû s’estimer heureux de ne perdre qu’une dent lors de cet affrontement. “Un calmar de cette taille aurait pu le faire tomber dans l’eau“, dit-il. Toujours est-il que “le calmar s’est échappé, arrachant au moins une dent du ptérosaure“, explique Jordan Bestwick, de l’Université de Leicester en Angleterre. “Ce fossile est important pour nous aider à comprendre les comportements de chasse de Rhamphorhynchus“.

ptérosaure calmar
Ce fossile du calmar de 30 centimètres de long avec la dent du ptérosaure encastrée dans son manteau. Crédits : René Hoffman

Ce fossile est par ailleurs très spécial dans la mesure où il est très rare de retrouver des preuves d’interactions prédateur-proie qui incluent des ptérosaures. D’ailleurs, dans les quelques cas enregistrés, les rôles sont généralement inversés.

Il y a un peu plus d’un an par exemple, des paléontologues de l’Université de Californie du Sud ont en effet découvert la trace d’une dent de requin coincée dans une vertèbre d’un ptéranodon (une autre espèce de ptérosaure) retrouvé dans la région de Smoky Hill Chalk, au Kansas.

Source

Articles liés :

Le plus grand ptérosaure jamais découvert en Australie

Les bébés ptérosaures pouvaient-ils voler dès la naissance ?

Le ptérosaure géant, ce redoutable chasseur du Crétacé