in

SpaceX veut extraire du CO2 de l’atmosphère pour fabriquer du carburant

starlink spacex falcon 9
Une fusée Falcon 9 au décollage pour livrer des satellites Starlink. Crédits : SpaceX

Récemment nommé personnalité de l’année par le Time, Elon Musk a annoncé que SpaceX lance un programme visant à extraire le dioxyde de carbone de l’atmosphère pour en faire du carburant pour fusée. Peu de détails ont été communiqués, mais nous savons qu’un tel processus pourrait permettre les voyages de retour depuis la planète Mars.

SpaceX voudrait produire du carburant sur Mars

SpaceX ambitionne d’envoyer des humains sur Mars dès 2026, avant de proposer des frets réguliers. Se pose alors la question de la masse au décollage. Pour permettre un tel voyage, vous ne pouvez pas vous permettre de remplir les réservoirs pour l’aller ET le retour. L’idée serait alors de tirer le meilleur parti possible des matières premières disponibles sur le lieu de destination. Sur Mars, vous avez un peu d’eau sous forme de glace, certes, mais surtout beaucoup de dioxyde de carbone. Il constitue même 96 % de l’atmosphère martienne.

Sur Mars, l’idéal serait donc de pouvoir fabriquer du carburant de fusée à partir de CO2. La NASA est d’ailleurs en train de s’y essayer avec son Mars Oxygen In-Situ Resource Utilization Experiment (ou MOXIE), déployé sur la planète rouge par Perseverance.

Son objectif est de transformer une partie de l’atmosphère riche en dioxyde de carbone de la planète en oxygène. Il ne s’agit pour l’heure que d’une démonstration de technologie. Cependant, cela pourrait à terme permettre de remplir les réservoirs d’oxygène dont les astronautes auront besoin pour rentrer sur Terre.

Elon Musk viserait quant à lui le même objectif, mais la façon dont il compte s’y prendre n’est pas tout à fait claire.

« SpaceX lance un programme pour extraire le CO2 de l’atmosphère et le transformer en carburant pour fusée« , a tweeté Musk lundi. « Veuillez nous joindre si vous êtes intéressé« . On imagine que SpaceX fait appel à toutes les têtes pensantes susceptibles de pouvoir faire de ce processus une réalité.

Utiliser la réaction de Sabatier ?

La seule intervention susceptible de nous aiguiller est un « Yup » répondu par Musk en réponse à un ingénieur faisant référence à la réaction de Sabatier. Cette réaction chimique découverte en 1897 par les chimistes français Paul Sabatier et Jean-Baptiste Senderens permet de produire du méthane (un carburant potentiel pour les fusées) et de l’eau à partir de dioxyde de carbone CO2 et d’hydrogène à pression et températures élevées.

Si le plan est effectivement de s’appuyer sur la réaction de Sabatier, l’inconvénient serait que tout le méthane non brûlé libéré aurait un effet de réchauffement plusieurs fois plus important que le dioxyde de carbone utilisé pour le fabriquer. En milieu interstellaire, cela n’aurait pas grande importance. En revanche, cela pourrait poser problème durant les phases de décollage. Alternativement, le dioxyde de carbone pourrait être converti en carburant liquide.

Pour l’heure, il n’y a donc rien de concret. Affaire à suivre. En attendant, ceux qui ont des idées sur la façon de produire un tel carburant sont invités à rejoindre SpaceX.