in

Deux nouveaux pays tenteront bientôt de se poser sur la Lune

La Lune vue par la sonde spatiale Galileo en 1992. Crédits : NASA / JPL / USGS

Le rover Rashid des Émirats arabes unis (EAU) sera livré à la surface de la Lune en 2022 par HAKUTO-R, un atterrisseur construit au Japon par la société ispace. Il s’agira d’une première pour les deux pays.

À ce jour, seuls trois pays ont fait atterrir en douceur un vaisseau spatial sur la Lune : les États-Unis, l’Union soviétique et la Chine. Depuis, d’autres ont essayé, mais ils ont eu des problèmes, à l’instar de l’Inde ou d’Israël. L’année prochaine, deux autres pays tenteront leur chance : les Émirats arabes unis et le Japon.

Les EAU avaient au départ annoncé leur projet d’exploration lunaire pour 2024. Finalement, cette mission est avancée de deux ans. L’objectif sera d’envoyer un rover nommé Rashid dans une zone équatoriale (le site final n’a pas encore été annoncé).

Sur place, le petit robot de dix kilos à quatre roues étudiera son environnement pendant au moins un jour lunaire, soit environ quatorze jours terrestres, à l’aide d’une caméra haute résolution, d’une caméra thermique, d’un imageur microscopique et d’une sonde de Langmuir. Ce dernier instrument pourrait aider les scientifiques à mieux comprendre l’environnement chargé électriquement à la surface lunaire.

Une collaboration avec le Japon

Selon les membres de l’équipe de mission, le robot lunaire Rashid sera livré à la surface lunaire par HAKUTO-R, un atterrisseur construit par la société japonaise ispace.

Le monde entier regardera notre atterrisseur commercial transporter le rover Rashid sur la Lune“, a déclaré le fondateur et PDG d’ispace, Takeshi Hakamada. “Nous sommes heureux et honorés de faire progresser la collaboration entre les Émirats arabes unis et le Japon dans l’exploration spatiale, ainsi que d’inspirer davantage de collaborations pour l’exploration lunaire entre le secteur public et commercial à travers le monde“.

HAKUTO-R
Représentation d’artiste de l’atterrisseur HAKUTO-R sur la surface de la Lune. Crédits : ispace

D’après des représentants d’ispace, le lancement de cette mission devrait se faire à bord d’une fusée Falcon 9 de SpaceX. Fondée en 2010, la société japonaise prévoit également une seconde mission lunaire en 2023 avec le déploiement d’un autre rover. Par la suite, ispace ambitionne d’augmenter la fréquence de ses atterrissages lunaires dans le but de transporter les charges utiles pour le compte de clients.

Nos atterrisseurs déploieront des essaims de rovers sur la surface lunaire pour devenir des pionniers dans la découverte et le développement de ressources lunaires, permettant le développement régulier de l’industrie lunaire et de la présence humaine sur la lune“, peut-on lire dans un communiqué.

Les Émirats arabes unis se sont quant à eux récemment illustrés en envoyant la première sonde robotique du pays en orbite autour de Mars. Le vaisseau, baptisé “Hope”, a récemment diffusé des vues magnifiques sur la planète rouge.