in

Au fait, pourquoi vos selles sont-elles brunes ?

Crédits : Alexas_Fotos/Pixabay

L’odeur de vos selles résulte de la fermentation des bactéries contenues dans la matière fécale composée de 75 à 85 % d’eau et à 20 % environ de matières sèches. Mais qu’en est-il de sa teinte ? En voilà une question qu’elle est bonne.

Bilirubine et stercobiline

Une fois expulsées de votre système digestif, vos selles affichent normalement une teinte brune, quelle que soit l’apparence de ce que vous avez mangé et bu en amont. Pourquoi ? En fait, elles contiennent un produit chimique fabriqué par votre corps. Ce produit chimique, c’est la stercobiline. Il s’agit d’un produit de la dégradation de l’hémoglobine, une protéine contenant du fer dans les globules rouges qui permet à l’oxygène d’être transporté dans tout le corps.

Lorsque l’hémoglobine se décompose, une protéine jaune appelée bilirubine est alors produite. La bilirubine finit par atteindre le foie par le système circulatoire, avant d’être modifiée, puis sécrétée dans l’intestin grêle sous forme de bile. Une partie de la bile, un liquide jaune-vert, aide alors votre corps à digérer et à absorber les graisses, tandis que le reste devient de la stercobiline, dont votre corps doit se débarrasser.

Cette stercobiline, qui est donc un pigment d’origine biliaire, se combine finalement avec de l’eau des restes alimentaires décomposés, faisant ainsi brunir vos selles. Sans la sercobiline, ces dernières auraient probablement l’air pâles. En effet, la plupart des produits chimiques conférant aux aliments leurs couleurs sont complètement décomposés au cours du processus digestif.

selles toilettes

Vos selles en disent long sur votre santé

Bien que peu ragoûtantes, les selles sont souvent utilisées par la médecine pour déceler un certain nombre de maladies en fonction de leurs formes, couleurs ou textures (jetez un oeil à cette infographie).

Aussi, depuis plusieurs années, des chercheurs développent des moyens d’analyser rapidement ces excréments dès leur arrivée dans les toilettes. Récemment, une équipe de l’Université Duke a notamment présenté son approche lors de la Digestive Disease Week® (DDW), un outil visant à prendre des images d’échantillons de selles dans les systèmes de canalisations pour les analyser. Pour l’heure, il ne s’agit que d’un prototype, mais ces données pourraient à terme être utilisées pour suivre les problèmes de santé gastro-intestinaux chroniques.

Une équipe de l’Université de Stanford prépare également une approche similaire. En parallèle, ces toilettes pourraient également déployer des bandelettes urinaires pour mesurer certaines caractéristiques moléculaires. Cela permettrait potentiellement de révéler des signes avant-coureurs de plusieurs maladies, des infections urinaires au cancer de la vessie.