in

Mars est officiellement sismiquement active annonce la Nasa

JPL-Caltech / NASA

Les premiers résultats officiels de la mission Insight, publiés par la NASA, nous confirment que Mars est sismiquement active. Mais c’est une séismicité différente de celle de la Terre.

Après un peu plus de 480 millions de kilomètres parcourus, la sonde américaine Insight s’est posée avec succès le lundi 26 novembre 2018 sur la surface de Mars. Le véritable coeur de cette mission était de pouvoir détecter les minuscules ondes sismiques traversant les couches inférieures de la planète. Grâce à l’étude de ces « tremblements », les chercheurs pourraient alors en apprendre davantage sur la composition interne de Mars et sur sa formation initiale.

Plus de 300 événements sismiques détectés

Il y a quelques jours, la NASA a partagé différents rapports détaillant les données collectées par la sonde dans le cratère Elysium Planitia au cours des 10 premiers mois de sa mission. Ces résultats, même si on le savait déjà officieusement, confirment que la planète rouge est sismiquement active. Une question qui, pendant de nombreuses années, avait été largement débattue parmi les scientifiques planétaires.

Depuis le début de mission, on apprend plus précisément que le sismomètre SEIS, installé sur Insight, a détecté plus de 450 ces événements sismiques (174 au cours des 10 premiers mois). Parmi eux, une dizaine ont été de magnitude 3 à 4. Il a également été confirmé qu’aucune des vibrations enregistrées n’avait été causée par des météorites frappant la planète ou par des glissements de terrain. Il se passe donc réellement beaucoup de choses sous la surface de Mars.

« L’activité sismique est supérieure à celle de la Lune – qui a été mesurée lors du programme Apollo – mais inférieure à celle de la Terre, résume Bruce Banerdt, chercheur principal de la mission InSight. En fait, on se rapproche probablement des types d’activité sismique enregistrés sur Terre lorsque l’on s’éloigne des limites des plaques tectoniques ».

La plupart de ces « tremblements martiens » se sont produits à une profondeur comprise entre 28 et 48 kilomètres, apprend-on également, soit beaucoup plus profondément que ceux enregistrés sur notre planète.

mars
Le premier coucher de soleil martien immortalisé par Insight le 25 avril 2019. Il était environ 18h30, heure de Mars. Crédits : NASA / JPL-Caltech

Sonder l’intérieur de la planète

Grâce à ces résultats, jugés « très prometteurs » par le chercheur, nous seront bientôt en mesure d’examiner la façon dont ces tremblements se déplacent à travers les couches inférieures de la planète rouge. De quoi sonder sa composition interne, et la manière dont elle s’est formée.

Sur Terre, toutes ces informations ont disparu à cause de la tectonique des plaques, qui implique un mouvement permanent des masses terrestres. Mais Mars n’est pas sujette à ces mouvements de plaques. Autrement dit, les traces de sa formation sont encore présentes. D’où l’importance de pouvoir étudier ces mouvements sismiques.

Il faut également souligner que l’origine de ces tremblements martiens n’a rien à voir avec celle des tremblements de terre. Car, comme on vient de le dire, il n’y a pas de tectonique des plaques sur la planète rouge.

Pour le moment, la cause de ces « marsquakes » n’est pas encore clairement établie, mais les chercheurs suggèrent que le lent refroidissement de la planète, en contractant les couches les plus externes, pourrait jouer un rôle important.

Certaines zones semblent également plus stressées que d’autres. C’est notamment le cas dans la région des Cerberus Fossae, une série de fissures semi-parallèles retrouvées à environ 1 600 kilomètres à l’est du site d’atterrissage d’InSight.

Après analyses, il est ressorti que cette zone essuyait encore une importante activité volcanique il y a entre 2 et 10 millions d’années. Autrement dit, tout récemment. Pour le chercheur, il est donc possible que le refroidissement de la planète entraîne la contraction de la chambre magmatique située en profondeur, provoquant une déformation de la croûte en surface.

Source

Articles liés :

Le Japon veut ramener des échantillons de Phobos, la lune de Mars

Que ferons-nous des morts sur Mars ?

Du méthane officiellement détecté sur Mars : qu’est-ce que cela signifie ?