in

Les anneaux de Saturne font pleuvoir de la matière organique sur la planète

Saturne. Crédits : NASA / JPL-Caltech / Institut des sciences spatiales

En se faufilant entre Saturne et ses anneaux quelques semaines avant son trépas, la sonde Cassini analysa quelque chose de surprenant : il “pleut” des tonnes de matière organique sur l’atmosphère de Saturne. Des grains de poussière déversés au fil du temps par l’anneau D de la planète, le plus intérieur. Les détails de l’étude sont rapportés das la revue Science.

Cassini n’est plus depuis quelques mois déjà, volatilisée dans l’atmosphère de Saturne. Mais ses données continuent de nous parvenir. Et les dernières en date sont plutôt surprenantes : il semblerait que l’anneau D de la planète – le plus intérieur – déverse de la matière organique sur la planète. Eau, mais aussi méthane, ammoniac, dioxyde de carbone et autres molécules complexes : il en tomberait entre 5 et 45 tonnes chaque seconde, sous forme de grains de poussière. Outre le fait que nous pensions auparavant que les anneaux de Saturne étaient principalement composés de glace, cette nouvelle découverte suggère que ceux-ci semblent s’éroder avec le temps, altérant la chimie opérée dans l’atmosphère de la planète.

Ainsi, il “pleut” des blocs de construction de la vie sur Saturne : « Ce fut une surprise phénoménale de découvrir la grande masse de matières qui se déversait dans l’atmosphère de Saturne et la complexité de sa chimie, explique à Gizmodo Kelly Miller, du Southwest Research Institute et principale auteure de l’étude. Cet ensemble de données et la mission Cassini dans son ensemble ont fourni une fenêtre importante d’études sur la diversité des environnements dans lesquels les matières organiques sont présentes dans le système solaire ».

Le fait de voir cet anneau intérieur déverser de la matière dans la ionosphère de Saturne suggère également que l’anneau le précédent, l’anneau C, reconstitue de son côté l’anneau D avec de la matière, et ainsi de suite avec les autres anneaux. Nous savons que ceux-ci ne sont pas éternels, en témoignent ceux des autres planètes géantes beaucoup plus minces. En déterminant la composition des anneaux de Saturne, leur contenance et la matière délestée, les astronomes pourraient bientôt être en mesure d’expliquer l’apparition et – dans le cas où les anneaux extérieurs ne sont pas réapprovisionnés – d’estimer la disparition de ces derniers.

Articles liés : 

Des tempêtes de poussière repérées pour la première fois sur Titan, la lune de Saturne

Cette « dernière photo de Cassini » avant de mourir sur Saturne est fausse. Voici la véritable image

Cassini dévoile encore une incroyable photo des anneaux de Saturne