in

Infographie : quels animaux utilise-t-on le plus dans les laboratoires de recherche ?

Crédits : unoL / iStock

Lorsque l’on pense aux laboratoires de recherche, les animaux qui nous viennent le plus souvent à l’esprit sont les souris ou encore les macaques rhésus. Pourtant, les animaux que les chercheurs intègrent dans leurs travaux sont très variés comme le montre une infographie.

Une grande variété d’animaux utilisés

En 2019, l’association L214 révélait l’enfer que vivaient les vaches à hublot dans un laboratoire de recherche en France. L’établissement concerné était exploité par Sanders, le leader français de la nutrition animale et une filiale du groupe Avril. Les images assez insoutenables montraient des vaches vivant enfermées dans un bâtiment au sol bétonné sans paille et au milieu de leurs propres déjections. Le lieu renfermait également une foule d’autres animaux tels que des veaux, des lapins, des porcs et des poulets pour lesquels le traitement était similaire.

Outre les conditions de détention, la grande variété des animaux utilisés dans les laboratoires de recherches est relativement peu connue du grand public. Le média Heidi News a toutefois publié un article sur le sujet le 13 février 2022. Le magazine Courrier International a ensuite repris ces données dans une infographie quelques semaines plus tard (voir ci-dessous).

infographie animaux labo recherche
Crédits : Courrier International / Heidi News

Une répartition très inégale

En Suisse, l’interdiction de l’expérimentation animale a été rejetée le 13 février 2022. Il s’agissait d’une initiative populaire exigeant l’interdiction des expériences sur tous les êtres vivants. Or, le texte en question a rencontré l’opposition unanime des milieux scientifiques, économiques et politiques. Soulignons également un fait rare : aucun parti politique ou autre parlementaire n’a soutenu le texte. « Le rejet de l’initiative dans les urnes s’est doublé d’un désintérêt de la part des citoyens, absorbés par des questions liées à la pandémie ou des initiatives plus polémiques, comme celle sur l’aide aux médias », pouvait-on lire dans l’article de Heidi News.

Également disponible en version interactive, l’infographie montre qu’en Suisse, les souris sont les animaux les plus utilisés dans les laboratoires de recherche (62%). Viennent ensuite les oiseaux (12%), les rats (9,5%), les poissons (6%) puis les amphibiens et autres reptiles (5,5%). Dans une bien moindre mesure, nous retrouvons les bovins, les porcs, les chiens, les moutons (et chèvres), les cheveux (et ânes), puis les chats. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les primates sont les animaux les moins utilisés dans les laboratoires. En Suisse en 2020, pas moins de 556 107 animaux ont participé à diverses recherches. La même année en France, ce nombre était de 1 643 785, soit le triple, comme l’attestait un rapport de la Direction générale de la recherche et de l’innovation (DGRI).