in

La NASA a euthanasié 27 singes de laboratoire en une seule journée

Crédits : blende12 / Pixabay

Un jour de 2019, l’Agence Spatiale des États-Unis (NASA) a ôté la vie de 27 singes cobayes dans ses centres de recherches en Californie. Les scientifiques leur ont administré des médicaments mais disposaient pourtant d’une autre option plus douce : le placement dans un sanctuaire.

Une seconde option écartée

Génétiquement proches des humains, les singes sont particulièrement utiles dans diverses expériences scientifiques. Toutefois, comme l’explique The Guardian dans un article du 22 décembre 2020, la NASA a euthanasié 27 primates de son centre Ames, situé dans la Silicon Valley. Or, ces animaux n’ont jamais fait l’objet d’une utilisation dans le cadre de missions spatiales. Leur présence résulte d’un accord passé il y a quelques années entre la NASA et LifeSource Biomedical, un laboratoire de recherche pharmaceutique.

En réalité, l’état de santé des singes semble avoir motivé la décision d’en finir par euthanasie. En effet, la plupart avaient un âge avancé et étaient atteint de la maladie de Parkinson. Néanmoins, les scientifiques avaient une autre option pour éviter la mort de ces 27 singes en une seule journée. Ils auraient en effet pu les placer dans un sanctuaire, un genre de maison de retraite pour animaux. Les singes auraient donc pu y finir leur vie assez dignement.

Comme l’explique John Gluck, expert en éthique animale à l’Université du Nouveau-Mexique (États-Unis), les singes n’étaient « apparemment pas considérés comme dignes de vivre dans un sanctuaire ». L’intéressé a estimé qu’il s’agissait d’une honte et a déploré jusqu’au refus de la NASA d’effectuer un simple essai.

Une fin généralement tragique pour les primates

Les primates et les humains ont environ 98 % de similitudes génétiques, si bien que la NASA a massivement utilisé ces animaux durant ces 70 dernières années. Or très souvent, l’issue des expériences était fatale pour les singes. Entre 1948 et 1951, l’agence a fait décollé 6 macaques rhésus dont la plupart ont connu une fin terrible. Citons également Ham, le premier hominidé dans l’espace (voir ci-après). Ce chimpanzé a réalisé un voyage suborbital de 6 minutes en janvier 1961, et ce dans le cadre de la mission Mercury-Redstone 2.

ham
Crédits : NASA

Lorsque les humains n’envoient pas directement les singes dans l’espace, ils les utilisent dans les laboratoires. Toujours selon The Guardian, pas moins de 74 000 singes ont fait l’objet d’expériences aux États-Unis en 2017. En France, on leur préfère les souris et autres rats, représentant plus de 85 % des animaux cobayes de laboratoires.