in

Il garde une météorite très rare pendant des années en croyant qu’il s’agissait d’une pépite d’or !

Crédits : Musée de Melbourne

Il y a quelques années, un Australien retrouvait une roche plutôt lourde aux teintes rougeâtres. Croyant qu’il s’agissait d’une roche renfermant une énorme pépite d’or, il l’a longtemps conservée avant de savoir qu’il était question d’une météorite très rare.

Une “pépite de l’espace”

Le parc régional de Maryborough situé près de Melbourne (Australie) est connu pour son histoire. En effet, ce parc est situé dans la région de Goldfields, où la ruée vers l’or avait connu son apogée au XIXe siècle. Or, un certain David Hole prospectait dans ce parc en 2015, à la recherche d’un peu de métal précieux.

L’homme est alors tombé sur une roche étonnante aux teintes rougeâtres, et plutôt lourde pour sa taille. Il décide alors de la ramener chez lui, persuadé que celle-ci renferme une belle pépite d’or. Il s’avère que David Hole a essayé d’ouvrir la roche par de nombreux moyens sans le moindre succès. Ni la scie à roche, ni la perceuse, ni l’acide n’ont eu raison de la roche. Et pour cause, il s’agissait d’une météorite très rare !

Cette roche ne renferme pas de pépite d’or puisqu’il s’agit d’une météorite très rare !
Crédits : Musée de Melbourne

Une météorite ancienne de 4,6 milliards d’années

Intrigué par le fait de se trouver dans l’incapacité d’ouvrir la roche, David Hole décide d’apporter cette dernière au musée de Melbourne. Le géologue Dermot Henry décrira la trouvaille dans une publication du 17 juillet 2019 dans la revue Proceedings of the Royal Society of Victoria Society. L’intéressé y confirme que la roche n’est pas une pépite d’or, mais bien une météorite d’une grande rareté. En 37 ans de présence dans le musée, le chercheur a eu affaire à seulement deux météorites de ce type ! Datée à 4,6 milliards d’années, cette roche de 17 kilogrammes a été baptisée Maryborough.

Une petite partie de la météorite a pu être découpée au moyen d’une scie diamantée. À l’intérieur, a été confirmée la présence de nombreuses chondrules, à savoir de petites billes composées de silicates de quelques centaines de microns. Or, ces silicates sont noyés dans une matrice formée lors de la condensation de la nébuleuse solaire. Rappelons que le système solaire était autrefois un amas de poussières et de chondrites, et que la gravité a attiré ces matériaux sur les planètes.

Pour l’instant, rien n’atteste de la provenance exacte de la météorite, mais ce genre d’objet intéresse grandement les scientifiques. Les chercheurs peuvent y trouver des indices concernant l’âge du système solaire et l’évolution des éléments du tableau périodique, entre autres.

Sources : ScienceAlertTrust My Science

Articles liés :

Un morceau de comète retrouvé caché à l’intérieur d’une météorite

Une météorite sibérienne révèle un nouveau minerai jamais vu sur Terre

Il calait sa porte avec une grosse pierre depuis 30 ans, c’était une météorite à 100 000 dollars