in

États-Unis : les incendies qui ravagent la côte ouest sont visibles depuis l’espace

Crédits : NASA Earth Observatory

Actuellement, de nombreux incendies ravagent la côte ouest des États-Unis. Déjà deux millions d’hectares sont partis en fumée. Or, la NASA a publié des images satellites permettant de bien se rendre compte de la catastrophe.

Des feux intenses et synchrones

Les feux de forêt reviennent chaque année dans l’ouest des États-Unis mais cette fois, ceux-ci sont plus imposants que d’habitude. Ils sont d’ailleurs apparus en même temps et avec la même intensité. Les trois États côtiers sont très touchés, à savoir la Californie, l’Oregon ainsi que l’État de Washington, de San Diego à Seattle. D’autres États sont impactés à un degré moindre, comme l’Arizona et le Colorado. Les paysages sont apocalyptiques : terres calcinées, ciels orangés, populations évacuées et retombées de cendres sur les villes avoisinantes.

Dans une publication du 7 septembre 2020, le NASA Earth Observatory a diffusé des photos satellites permettant d’avoir un aperçu de la catastrophe (voir ci-dessous).

incendies californie
Crédits : NASA Earth Observatory
incendies washington
Crédits : NASA Earth Observatory

Dans un autre article du 9 septembre 2020, le NASA Earth Observator évoquait le caractère historique de ces feux. Ces derniers ont d’ailleurs engendré un nuage de fumée si important que celui-ci a fini par toucher l’Europe et donc, la France. En effet, les courants de haute altitude ont transporté une partie des cendres (voir ci-dessous). Évoquons au passage que ce “transfert” de cendres vers notre continent a également reçu la contribution de plus petits incendies dans le sud-est des États-Unis.

feux foret etats unis
Crédits : NASA Earth Observatory

Une catastrophe sans précédent

Alors que les incendies sont toujours en cours, ceux-ci ont réduit en cendres plus de deux millions d’hectares de forêt. Dans l’État de Washington, les incendies ont déjà consumé le double de la superficie ayant disparu en 2019. En Californie, le territoire a perdu plus de 8 000 km² – en comptant les quelques incendies du mois d’août – du jamais vu depuis plus de 35 ans. Dans l’Oregon, 360 000 hectares ont été brûlés par les flammes en seulement trois jours.

Évidemment, les incendies sont favorisés par le dérèglement climatique, causant des épisodes de sécheresse insoutenables. En revanche, la cause directe se trouve ailleurs. Effectivement, entre la fin août et début septembre, pas moins de 14 000 éclairs se sont abattus sur la région. Or, ceci a conduit a environ 900 départs de feux. Évoquons au passage que certains feux sont d’origine humaine.

Dans un article du 15 septembre 2020, le quotidien La Croix a cité Jonathan Lenoir, chercheur au CNRS spécialisé en écologie forestière. L’intéressé estime que ce qui se passe aujourd’hui aux États-Unis est dans la continuité de ce qui s’est produit ces derniers temps en Amazonie, en Australie ainsi qu’en Sibérie. Selon le scientifique, les feux sont désormais plus fréquents et de plus grande ampleur.