in

En Afrique du Sud, on tente de lutter contre le braconnage en utilisant le détecteur de mensonges

rhinoceros
Crédits : JJAF / iStock

Comme dans plusieurs autres pays, le braconnage fait des ravages en Afrique du Sud. Bientôt dans ce pays, les autorités rendront obligatoires les tests au détecteur de mensonges afin de lutter contre le braconnage endémique de la faune. Certains employés travaillant dans les parcs nationaux sont directement visés par cette mesure.

Une mesure effective en début 2023

Avec la complicité des employés des parcs nationaux, les braconniers déciment de nombreux animaux, notamment les rhinocéros en voie de disparition. En 2016, l’Afrique du Sud avait décidé de déplacer des rhinocéros en Australie dans le but de les protéger et d’obtenir un élevage capable de se reproduire paisiblement. Un an plus tôt, l’idée d’empoisonner les cornes de rhinocéros pour les rendre inutilisables avait également fait son chemin.

Il y a peu, comme l’explique un article du quotidien sud-africain Eyewitness News du 22 décembre 2022, l’organisation des parcs nationaux SANParks a décidé de nouvelles mesures dans le but de lutter contre le braconnage. En effet, il sera bientôt question d’utiliser les tests polygraphiques (ou détecteurs de mensonges) sur ses propres employés.

Dans un premier temps, les tests seront pratiqués sur des employés volontaires. Cependant, l’idée est à terme de rendre ces mêmes tests obligatoires pour certaines catégories d’emplois. Approuvée en novembre 2022, la mesure devrait s’appliquer dès le début d’année 2023, selon la ministre de l’Environnement Barbara Creecy.

detecteur mensonges
Crédits : gorodenkoff / iStock

Lutter contre la corruption

Responsable de la communication de SANParks, Rey Thakhuli a affirmé que les détecteurs de mensonges ne représentent pas une réponse pour prévenir ou gérer l’implication du personnel dans la criminalité. En revanche, il s’agit d’un outil pouvant s’avérer utile, avec ses avantages et ses limites. L’organisation a déjà d’ailleurs eu recours à des tests de ce type en 2016 dans le cadre d’un programme pilote. Ainsi 71 responsables de parc avaient passé le test sur environ 4 000 employés. Il faut dire que les responsables de ces lieux sont parfois accusés de corruption.

Rappelons par ailleurs que l’Afrique du Sud abrite pas moins de 80 % des rhinocéros du monde. Or, si le braconnage est un véritable fléau, ceci n’est pas le fuit du hasard. En effet, la demande asiatique concernant les cornes à utiliser en médecine traditionnelle ne faiblit pas. Entre avril 2021 et mars 2022, le braconnage a eu raison de 470 rhinocéros selon le gouvernement, soit une augmentation de 16 % par rapport aux douze mois précédents.

En Afrique du Sud, le braconnage touche aussi d’autres animaux tels que les éléphants. Selon un rapport de 2016, de nombreux éléphants naissent désormais sans défenses, surtout des femelles. Ce nouveau mécanisme évolutif chez les pachydermes serait une conséquence directe du braconnage.

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.