in

Des cyborgs dans l’armée des États-Unis en 2050 !

Crédits : Justice League

Le département de la Défense des États-Unis (DoD) a récemment publié un rapport sur les technologies militaires qui pourraient être appliquées dans une trentaine d’années. Alors que la notion d’humain augmenté n’en est pour l’instant qu’à ses balbutiements, les cyborgs pourraient bien intégrer l’armée américaine dans 30 ans !

Des “soldats augmentés”

Le terme cyborg (ou “humain augmenté”) qualifie les humains ayant reçu des greffes de parties mécaniques ou électroniques. L’objectif est l’augmentation des leurs capacités physiques et mentales. Or, si cette notion était auparavant seulement évoquée dans la littérature et le cinéma de Science-Fiction, celle-ci fait désormais partie du réel. En janvier 2019 nous évoquions Digiwell, une société spécialisée dans le “body hacking” et basée en Allemagne. Or, celle-ci disait vouloir profiter d’un marché qui devrait représenter plus de 2 milliards de dollars en 2025.

Le département de la Défense des États-Unis est allé beaucoup plus loin en évoquant des cyborgs dans les rangs de l’armée à l’horizon 2050. Dans un rapport publié le 25 novembre 2019, le département a évoqué plusieurs technologies destinées à augmenter notamment la vue des soldats mais également l’ouïe et le contrôle des muscles.

Améliorer la vue et l’ouïe

Le rapport évoque un appareil améliorant la vue. Plus précisément, il est question de longueurs d’ondes invisibles à l’œil humain et d’une capacité de traitement de données dans le cadre de l’identification de cibles. Citons également une capacité de partage avec d’autres systèmes. L’appareil en question pourrait prendre la forme d’un implant sur la rétine (ou en remplacement de l’œil), directement connecté au nerf optique !

L’ouïe pourrait également être augmentée au moyen d’implants remplaçant la cochlée et plusieurs os de l’oreille moyenne. L’objectif ? Entendre des sons à un volume très bas, se protéger de sons au volume trop fort et capter les infrasons ainsi que les ultrasons. Là encore, il est question de se connecter à des dispositifs externes, cette fois dans le cadre de communications secrètes.

cyborg
En 2018, l’artiste espagnol Joe Dekni s’est fait implanter un appareil similaire au sonar d’écholocation des chauves-souris !
Crédits : Carlos Pareja, cortesía / Joe Dekni

Contrôle des muscles et “télépathie”

Le DoD a également parlé d’une sorte d’implant doté d’un réseau de capteurs cutanés. Or, ceux-ci devraient être capables d’envoyer des signaux optogénétiques, autrement dit stimuler les nerfs au moyen d’impulsions lumineuses. Outre l’augmentation des performances physiques, le système pourrait prendre automatiquement le contrôle des muscles afin d’éviter un danger ! Par ailleurs, le dispositif pourrait offrir la capacité de se connecter à un exosquelette.

Enfin, le dernier système concerne directement le cerveau. Le rapport parle d’un système non-invasif à base d’électrodes (ou d’implants cérébraux). Le but est ici de contrôler directement différents équipements tels que des drones ou des armes. Par ailleurs, il s’agit d’implants bidirectionnels. Autrement dit, l’opérateur pourra contrôler ces objets par la pensée mais recevra également un retour de ces mêmes appareils.

Source

Articles liés :

La prochaine étape pour l’homme : l’ère du cyborg

Elon Musk annonce le lancement prochain de Neuralink : l’interface cerveau-machine

Devenez un cyborg temporaire grâce aux tatouages circuits imprimés !