in

Déménager pendant la grossesse peut augmenter le risque d’accouchement prématuré

Crédits : Pixabay

Une récente étude menée aux États-Unis suggère que le fait de déménager pendant le premier trimestre de grossesse favorise les risques d’accouchement prématuré.

Il arrive parfois, lorsqu’un heureux événement est annoncé, que les femmes enceintes et leur conjoint·e envisagent un déménagement. Pour avoir une chambre supplémentaire, par exemple, un jardin, ou pour être plus près d’une école. Jusqu’à ce jour, peu d’études ont évalué les potentiels impacts d’un changement de résidence périnatale sur la naissance du nourrisson. C’est désormais chose faite. Des chercheurs américains de l’Université de Washington se sont en effet penchés sur la question. Et les résultats suggèrent un possible effet sur la prématurité de l’enfant à naître.

42 % plus susceptibles d’accoucher prématurément

Pour ces travaux, publiés dans la revue BMJ, les chercheurs ont passé en revue les actes de naissance de bébés nés dans l’État de Washington entre 2007 et 2014. Au total, 140 000 femmes enceintes étaient concernées. Sur cet échantillon, 112 000 n’avaient pas déménagé pendant leur grossesse, et 28 000 avaient déménagé. Il ressort alors que 9,1 % des femmes qui ont changé de résidence au cours du premier trimestre ont donné naissance prématurément (soit avant 37 semaines de grossesse), contre seulement 6,4 % pour les autres.

Il est également ressorti que 6,4 % des femmes qui ont déménagé au cours de cette même période ont donné naissance à un bébé de moins de 2,5 kg, contre 4,5 % des femmes qui n’ont pas changé de résidence. On note que ces données ont été pondérées en prenant en compte plusieurs facteurs capables d’influencer les résultats. Comme l’âge de la mère, sa consommation éventuelle de tabac, ou son statut socio-économique.

grossesse
S’installer dans une nouvelle maison pendant la grossesse pourrait favoriser les risques d’accouchement prématuré. Crédits : iStock

Trop tôt pour tirer des conclusions

Il y aurait donc un possible lien, éventuellement expliqué par les tensions physiques et émotionnelles inhérentes au fait de déménager. Mais ce n’est ici qu’une observation, et des études supplémentaires seront bien évidemment nécessaires pour approfondir ces résultats. C’est pourquoi les chercheurs notent qu’il est aujourd’hui trop tôt pour préconiser aux femmes d’éviter le déménagement pendant leur premier trimestre de grossesse.

« Notre étude est une bonne première étape dans l’identification du déplacement en tant que facteur de risque potentiel qui mérite une recherche plus approfondie, mais je ne pense pas que nous en sachions suffisamment à ce stade pour formuler des recommandations », explique en effet Julia Bond, principale auteure de l’étude.

Nous savons en effet que d’autres événements stressants essuyés au cours du premier trimestre – comme la perte d’un proche, la perte d’un emploi ou une catastrophe naturelle – favorisent également les risques d’accouchement prématuré. Et ces données n’ont pas été prises en compte ici.

Articles liés :

Aux États-Unis, 60 % des décès liés à la grossesse pourraient être évités

Fumer pendant la grossesse double le risque de mort subite du nourrisson

Les femmes enceintes vaccinées contre la grippe protègent aussi leurs bébés