in

Des œufs de dinosaures quasi sphériques découverts en Chine

Crédits : He et al./Journal of Paleogeography

Une équipe de paléontologues décrit la découverte de deux oeufs de dinosaures dans la formation de Chishan, dans l’est de la Chine, pondus vers la fin du Crétacé. Ces oeufs, quasi sphériques, peuvent être attribués à une nouvelle ooespèce de Stalicoolithidae, désormais baptisée Shixingoolithus qianshanensis. Les détails de l’étude sont publiés dans le Journal of Paleogeography.

Au cours de leur règne incroyablement long, les dinosaures ont pondu d’innombrables œufs dont certains n’ont jamais éclos. Les conditions géologiques que l’on trouve en Chine ont permis de préserver beaucoup d’entre eux. Jusqu’à présent, en revanche, le bassin de Qianshan faisait exception. Bien que riche en fossiles de mammifères, de reptiles et d’oiseaux, ce n’est que récemment que trois premiers œufs de dinosaures y ont été découverts, dont l’un a été perdu (les auteurs ne précisent pas comment).

Les deux autres ont été nommés QS-01 et QS-02. Ils mesurent respectivement 10,5 et 13,7 centimètres de long et 9,9 et 13,4 centimètres de large. Le premier est incomplet mais rempli d’amas de cristaux de calcite.

Une nouvelle espèce

Les oeufs, comme les empreintes, sont parfois difficiles à attribuer à telle ou telle espèce. Cependant, les paléontologues les nomment et les classent malgré tout. Les dinosaures connus uniquement à partir de leurs œufs sont appelés ooespèces. Ils ont également leurs propres oofamilles et oogenres.

Ces deux oeufs possèdent des caractéristiques qui les placent dans l’oofamille des Stalicoolithidae. Les membres de cette famille partagent plusieurs caractéristiques, en particulier les coquilles d’œufs secondaires qui les distinguent des autres œufs de dinosaures. Les œufs de Qianshan sont cependant plus gros que les autres du même genre, les marquant comme une nouvelle espèce nommée Shixingoolithus qianshanensis.

OEUFS DINOSAURES
Crédits : He et al./Journal of Paleogeography

Des oeufs inhabituels

Nous savons aujourd’hui que les oiseaux qui volent pondent des oeufs plus allongés – avec des bases plus grandes – que sphériques. C’est également le cas pour les oiseaux qui ne volent pas, même si l’effet est moins marqué. D’un point de vue évolutif, les chercheurs pensent que ces formes permettent de mieux conserver la chaleur dans une couvée, facilitent la ponte et réduisent les risques de rouler hors des nids.

Bien que les œufs de dinosaures présentent généralement moins de différences entre les extrémités que ceux des oiseaux modernes, ils ont également tendance à être plus allongés, ce qui rend Shixingoolithus inhabituel, car les siens sont quasi sphériques. Pour l’heure, on ignore encore précisément pourquoi. La découverte d’oeufs supplémentaires pourrait permettre d’en apprendre davantage. La formation du Crétacé supérieur de cette région mesure à elle seule 887 mètres d’épaisseur, de quoi abriter encore quelques trésors.