in

Dans ce zoo, un singe a brisé la vitre de son enclos avec une pierre

Crédits : Capture d'éCRAN Youtube

Il y a quelques jours, dans un zoo chinois, un singe capucin s’est servi d’une pierre pour briser la vitre de son enclos. Un acte qui témoigne encore une fois de l’intelligence de cette espèce. Et qui soulève également de nombreuses questions.

Le 20 août dernier, un singe capucin a été filmé dans le zoo de Zhengzhou, dans la province chinoise du Henan, en train de taper contre le verre de son enclos avec une pierre taillée. Après quelques tentatives, le verre s’est finalement brisé. Le petit primate, surpris, s’est ensuite réfugié sous un abri, avant de revenir constater les dégâts. Selon les responsables du zoo, personne n’a été blessé. Au premier abord, nous pourrions nous ébahir devant ces images, qui témoignent d’un acte requérant d’incroyables capacités cognitives. Mais forcément, derrière se pose également la question de la motivation.

Dans « l’âge de pierre » depuis au moins 3 000 ans

Ces petits primates sont connus pour leur intelligence. Des recherches suggéraient en effet il y a quelques mois qu’une population de singes capucins, au Brésil, utilise des outils en pierre depuis au moins 3 000 ans. Pour casser des noix, généralement. Ces derniers semblent également avoir adapté leurs outils au fil des générations dans le but de répondre à leur environnement. Il y a donc une intention, mais également une capacité d’adapter son intention.

Des préoccupations éthiques

Suite à ces images se pose alors la question suivante : quelle était l’intention de ce petit singe ? A-t-il frappé cette vitre par ennui ? Par curiosité ? Où organisait-il son évasion ? La question est importante, d’autant que d’importantes préoccupations éthiques alimentent aujourd’hui le débat sur le maintien en captivité d’animaux dans les zoos.

Tout le monde n’est pas d’accord. Certains jugent que ces établissements permettent la conservation des espèces, et l’éducation les jeunes générations. D’autres les jugent obsolètes, parfois inhumains, arguant que les animaux n’ont rien à faire dans des enclos. Le fait est que, si effectivement certains zoos s’inscrivent dans une démarche de conservation des espèces, la grande majorité ne le fait pas. Et force est de constater que la plupart des espèces retenues dans les zoos ne sont pas directement menacées. Le statut du singe capucin, par exemple, n’est pas jugé très « préoccupant » par l’UICN.

Toujours est-il qu’au regard de ces images, il n’est pas illogique, dans le doute, d’imaginer que ce petit singe puisse se sentir stressé dans son enclos. Ce dernier n’offrant pas les mêmes conditions que son environnement naturel.

Articles liés :

Découverte du plus petit singe fossile du monde

À cause des pesticides, les singes noirs du Costa Rica virent au jaune

Le plus petit singe du monde vivait il y a 12,5 millions d’années

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.