in

Chloroquine : une nouvelle étude chinoise donne raison au Pr Raoult

Crédits : capture YouTube / IHU Méditerranée-Infection

Un essai clinique mené en février par des médecins de Wuhan (Chine) a confirmé les déclarations de l’infectiologue marseillais. Par ailleurs, les chercheurs confirment l’intérêt d’utiliser la chloroquine le plus tôt possible et non dans les cas graves.

Un essai sur 62 patients chinois

Comme chacun sait, le traitement à la chloroquine est au cœur d’une importante polémique. Les déclarations de Pr Raoult ne laissent personne indifférent puisque certains le soutiennent et d’autres le décrient. Dans ce contexte spécial, une étude menée par des chercheurs de l’Hôpital Renmin Hospital de Wuhan (Chine) a vu le jour sur la plateforme de prépublication MedRXiv ce 31 mars 2020. Or, il s’agit d’un essai clinique donnant raison au Pr Raoult.

L’étude en question s’est déroulée du 4 au 28 février 2020 sur un total de 62 patients atteints par le Covid-19. Les chercheurs ont formé deux groupes similaires de 31 patients (âge moyen 45 ans, même répartition hommes/femmes). Les patients du premier groupe ont reçu un traitement à l’hydroxychloroquine (HCQ) à raison de 200mg deux fois par jour et ce durant cinq jours. Les patients du second groupe ont reçu un traitement standard concernant les symptômes (fièvre, toux) et le risque de surinfection bactérienne.

plaquénil coronavirus
Le Plaquénil, un des noms commerciaux de la chloroquine.
Crédits : Shop Pharmacie

Une amélioration plus rapide

Au 5e jour, les chercheurs ont observé une réduction des symptômes chez 80,6% des patients du groupe HCQ. Il s’agit d’une amélioration bien plus rapide que pour les patients du groupe témoin (54,8 %). Il faut également savoir que les patients dans un état grave n’ont pas participé à l’étude. En effet, le Pr Raoult a toujours souligné qu’administrer ce traitement sur des cas graves était très peu efficace.

Étant donné que l’étude est seulement présente sur une plateforme de prépublication, celle-ci n’a donc pas encore été approuvée par d’autres chercheurs. Autrement dit, l’étude doit faire l’objet d’une certaine prudence puisqu’à l’heure actuelle, rien n’est certain. Par ailleurs, les résultats de l’essai européen Discovery ayant intégré le traitement à la chloroquine sont attendus dans quelques semaines.

La réaction du Pr Raoult

Peu après la parution de l’étude, le Pr Raoult a réagi dans une vidéo depuis l’IHU Méditerranée Infection de Marseille :

“L’étude montre que dans notre cible qui sont les gens modérément malades, diagnostiqués au début, l’hydroxychloroquine a un succès important. Il faut faire attention, quand il est trop tard, il est trop tard. C’est-à-dire au moment où les gens sont en réanimation, quand ils ont des syndromes de détresse respiratoire, quand on est obligé de les intuber, en réalité ce n’est plus l’heure des antiviraux.

On sait ça pour la grippe par exemple. Les médicaments qui marchent pour la grippe, ça marche dans les deux premiers jours de la grippe. (…) C’est au début qu’il faut lutter contre les virus, une fois que les lésions sont faites, elles sont un peu irréversibles, et on n’arrive plus à les arrêter.”